Home > Topics > Art & Culture > Books > Taman Bacaar Pelangi, un beau projet indonésien
Taman Bacaan Pelangi main

Claudiaexpat nous présente Taman Bacaar Pelangi, un très beau projet indonésien.

En Indonésien, Taman Bacaan Pelangi signifie “Parcs de lecture arc en ciel”. La fondatrice de ce beau projet, Nila Tanzil, nous a raconté comment elle a eu l’idée, comment elle a réalisé, et quels sont les défis et les satisfactions qu’elle rencontre chaque jour dans cette entreprise qui est devenue le point central de sa vie et pour laquelle beaucoup d’enfants indonésiens et leurs familles la remercient. Je la remercie moi aussi, du fond de mon cœur. Mes enfants ont eu la chance de grandir entourés par de beaux livres, toujours nouveaux et toujours plus nombreux. Dans une famille où la lecture est une valeur fondamentale et avec une mère qui ne se fatiguait jamais de lire à voix haute, touts les soirs depuis qu’ils ont ouvert leurs yeux au monde, ils étaient exposés aux aventures, à la connaissance et aux découvertes ; ils ont grandi éveillés, passionnés par les histoires du monde, attirés par les livres et la lecture.

Dans le pays où je vis actuellement, l’Indonésie, les choses sont très différentes pour la plupart des enfants : quatre provinces de l ‘Indonésie orientale ont le record d’analphabétisme du pays. Ce sont Papua (36,1%), West Nusa Tenggara (16.48%), West Sulawesi (10.33%) et East Nusa Tenggara (10.13%). En plus, si dans la partie occidentale du pays les enfants peuvent lire 75 mots par minute, à l’est ils arrivent à en lire à peine à 20.

Nila

Nila

Cette situation n’a pas échappé Nila Tanzil, experte en communication, qui travaille avec plusieurs entreprises multinationales en Indonésie et à Singapour et avec des ONG indonésiennes. Avec un diplôme en Relations Internationales de l’Université de Parahyangan (Bandung) et un Master en Etudes Européennes de la Communication de l’Université d’Amsterdam, pendant ses voyages dans les îles de l’Indonésie Orientale, Nila s’est rapidement rendue compte que la situation était catastrophique pour les enfants qui grandissaient sans la moindre stimulation à la lecture.

Quand elle commence ses recherches pour bien comprendre la situation, elle est choquée : beaucoup d’enfants n’ont ni savent ce qu’est un crayon et certains sont convaincus qu’ils vivent en Malaisie. Nila comprend tout de suite ce qu’il faut faire : créer des opportunités pour ces enfants pour se rapprocher de la lecture, pour apprendre à utiliser la créativité, et à ouvrir l’esprit sur le monde des mots et des histoires.

C’est comme ça que Taman Bacaan Pelangi est né. C’est le fruit de sa détermination et de l’incroyable participation des populations à niveau local. Depuis sa fondation l’ONG a créé 29 librairies sur 14 îles, parmi elles, Flores, Komodo, Rinca, Messah, Lombok, Sumbawa, Timor, Alor, Sulawesi, Banda Islands, South Halmahera et Papua. Elle a fourni à ces librairies plus que 50,000 livres pour enfants et touche la vie de plus de 6,000 enfants.

Nila nous raconte que la règle est d’ouvrir les librairies dans des endroits avec des grands jardins. Le choix de ne pas les ouvrir dans les écoles est stratégique : il est important que la librairie représente pour l’enfant un moment en soi, indépendant de la routine scolaire. La participation des habitants est fondamentale: ils fournissent l’endroit, sont un point de référence, et, avec leur ouverture volontaire, ils permettent d’organiser des activités ludiques et récréatives autour de la lecture.

La plupart sont développées autour du conte: le but principal est celui d’enseigner aux enfants à lire de façon créative, à participer au processus de façon active et vivante. C’est pour ça que Taman Bacaan Pelangi organise aussi des activités artistiques et récréatives, des séminaires d’écriture, de dessin et bien plus encore. L’idée est de rendre ces librairies des endroits heureux, où les enfants peuvent se sentir à l’aise et libérer leur curiosité.

Beaucoup de volontaires, surtout Allemands (chaque librairie a au moins deux volontaires, locaux et/ou étrangers), enseignent l’anglais le matin et mènent les activités récréatives durant l’après-midi.

La chose la plus surprenante, nous dit Nila, est que les enfants ne connaissent pas les professions, ils n’ont aucune idée qu’ils pourraient devenir des docteurs ou des enseignants, des chefs ou des pilotes. La mission de Taman Bacaan Pelangi est aussi d’aider ces enfants à prendre conscience et à trouver leur potentiel, apprendre à rêver et à oser.

Le plus grand défi du projet est le transport des livres, qui sont échangés entre toutes les librairies tous les six mois. Les connections parmi les îles ne sont pas toujours faciles et les livres sont lourds et encombrants. L’enthousiasme aide à surmonter les obstacles et, jusqu’à aujourd’hui, les rythmes ont été respectés.

 

Amis du projet visitent une librairie sur l'île di Rinca, Flores

Amis du projet visitent une librairie sur l’île di Rinca, Flores

 

Ce sont toujours l’enthousiasme et la passion qui ont poussé Nilan à fonder Travel Sparks, une agence qui organise des voyages basés sur le contact avec les cultures locales et la participation à l’éducation des enfants. Ceux qui l’utilisent, au delà de voir des endroits merveilleux et de rentrer en contact avec les locaux, peuvent collaborer comme volontaires dans le projet pendant un ou plusieurs jours. Une dame australienne qui a vécu l’expérience nous a raconté qu’arriver sur une île perdue et trouver une foule d’adultes et d’enfants qui l’attendaient a été très touchant et instructif. Elle et une amie avaient amené des livres, elles se sont assises et les ont lus avec les enfants. La plupart des livres sont en Bahasa Indonésien, qui n’est pas trop difficile à lire, même si on ne le connaît pas.

Travel Sparks est une façon de financier le projet, mais les donations et les contributions d’organisations partenaires aussi. Si vous êtes en Indonésie et que vous voulez donner des livres, vous pouvez contacter Taman Bacaan Pelangi. Si vous êtes à l’étranger et que vous voulez faire une donation, vous pouvez utiliser le compte Paypal de l’association à travers de leur site web, http://tamanbacaanpelangi.com/

 

Claudiaexpat (Claudia Landini)
Djakarta, Indonésie
August 2015

Article relu par Line

Photos ©Giulia Scala