Home > Topics > Expat Life > Work & Career Abroad > Expatriation et carrière dans le parcours de Caroline Degrave
Caroline-Degrave-190px1

C’est grâce à Expatclic que j’ai connu Caroline. J’ai été mise en contact avec elle par une femme française qui vit à Shanghai, et qui a pensé que le profil de Caroline pouvait être intéressant pour notre communauté. Et elle avait raison! Expatriée depuis très longtemps, Caroline a monté son propre business tout en balançant sa vie de mère et épouse à l’étranger. Dans cette charmante interview, elle partage ses idées et expériences. Merci Caroline!

Claudiaexpat
Juillet 2015

 

Peux-tu nous raconter un peu de toi? Où tu as vécu, qu’est-ce qui t’a amené en Indonésie aujourd’hui…?

Oui bien-sur. J’ai 36 ans, je suis mariée et maman de 2 enfants de 9 et 5 ans. Nous sommes en Indonésie suite à l’expatriation de mon mari. Avant ça, nous étions à Paris et avant encore, nous étions en Chine, à Shanghai. L’expatriation fait vraiment partie de notre vie, de Ma vie car toute petite déjà, j’étais dans les valises de mes parents expatriés eux aussi. Au total, j’aurais passé avec eux 10 ans en Afrique.

Sinon, je suis une professionnelle des Ressources Humaines, j’ai travaillé dans ce domaine pendant 15 ans, principalement dans l’Industrie, en France et à l’international. Et l’année dernière, j’ai sauté le pas de entrepreneuriat. J’ai crée ma propre activité. Au regard de notre style de vie, je voulais mon entreprise transportable ! C’est donc chose faite ! J’accompagne à distance les cadres expatriés qui souhaitent préparer et piloter leur prochaine étape professionnelle. Et je me régale !

Comment as-tu fait pour monter cette entreprise? Quelles ont été les plus grandes difficultés ? Et qu’est-ce que tu fais pour la promouvoir?

Je n’ai pas spécialement l’âme d’une entrepreneure…quoique, de plus en plus !
Je me suis fait accompagner par une coach spécialisée dans l’entrepreneuriat au féminin. J’ai donc été guidée dans mon approche, dans mes démarches et je suis allée assez vite. C’était important pour moi de bien faire les choses et de mettre en place les bonnes bases pour en faire une activité pérenne et parfaitement transportable. Mes plus grandes difficultés ont finalement été au démarrage pour oser y croire et me sentir légitime. Comme on dit en coaching, j’ai du affronter “mes petits démons”.
Et pour ce qui est de promouvoir mon activité, j’ai très vite créé un site internet qui reprend mes services. Je tiens un blog et je partage beaucoup d’articles sur les réseaux sociaux. J’écris pour quelques médias et magazines. J’organise des webinaires, des évènements ; je viens aussi d’ouvrir une page Facebook professionnelle. Bref, j’essaye d’être très active et un maximum visible pour que les gens qui me « cherchent » me «trouvent »… !

Dans quelle mesure penses-tu que ton expérience de vie en tant qu’expat ait contribué au succès de ton travail?

Question difficile ! Je pense que mes expatriations répétées m’ont rendue « agile » dans l’esprit et dans les actes. C’est une compétence qui m’aide beaucoup. Je pense aussi que la vie d’expat m’a donnée une certaine force personnelle, une capacité à partir de zéro et à construire; ce qui est très précieux dans l’entrepreneuriat. Et enfin et surtout, ma vie d’expat me permet d’être au plus proche de la réalité de mes clients. Je sais, je comprends, je vis l’expatriation comme eux.

Quel côté de ton travail aimes-tu le plus?

Travailler avec mes clients sans hésitations ! J’adore les aider à prendre conscience de leur parcours professionnel, sentir leur confiance s’ancrer et voir se dessiner un projet professionnel qui fait du sens pour eux et pour leur entreprise.  Ce que j’aime énormément aussi c’est le côté « opérationnel » de mon activité lorsqu’il s’agit de passer à l’action pour leur prochaine mobilité dans l’entreprise. Les aider à prendre du recul, partager mon regard RH de la situation, revoir leurs emails délicats, les préparer aux entretiens, travailler leur communication, faire passer les bons messages, leur apprendre à détecter des opportunités…

Quel conseil donnerais-tu à une femme expatriée qui veut se lancer dans un projet professionnel individuel?

Je lui conseille de s’assurer que ce projet est bien le bon projet pour elle ! Et notamment de vérifier qu’elle pourra, voudra et aimera l’exercer longtemps. Avec mes amies entrepreneures, on dit souvent que notre projet est « notre troisième enfant » ! Dans tous les cas, un travail de réflexion sur son parcours passé, ses compétences, ses forces, ses envies, ses valeurs…me semblent indispensables pour identifier ce projet, en vérifier les bases, l’ajuster et l’orienter parfaitement. Et se faire accompagner pour ce travail me parait plus qu’essentiel.

 

Le site internet de Caroline: www.carolinedegrave.com
Son blog : http://www.carolinedegrave.com/blog/
Sa page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Caroline-Degrave/437833049724206