Home > Vie à l'étranger > Santé > La danse latine

 

S’il vous arrive un jour de passer un peu de temps en Amérique Latine, je vous recommande chaudement de prendre quelques leçons de danse. Les rythmes latins associés aux exercices d’aérobic procurent de nombreux bénéfices, qui vont de ceux purement physiques (augmentation du tonus musculaire, de la coordination physique, de l’efficacité cardio vasculaire, en plus du fait de brûler des calories et d’éliminer les toxines) à ceux plus psychologiques, en apportant aussi un plus à votre vie sociale (si vous le souhaitez). Lorsque les cours sont donnés par des enseignants expérimentés dotés d’une bonne capacité de communication, ils peuvent vraiment constituer un sport complet et quelquefois même une sorte de thérapie libératoire anti-stress.

Dans cet article, je vous raconte mon expérience personnelle, et avec l’aide d’Alfredo Villanueva, professeur de rythmes latins à Lima, au Pérou, nous vous expliquerons les bénéfices de cette danse.

Claudiaexpat

Lorsque je suis arrivée au Honduras, en 1999, je ne savais pas bouger mes pieds (techniquement parlant) et la danse ne m’avait jamais ni intéressée, ni particulièrement enthousiasmée. Je m’en suis rapprochée pour deux raisons : tout d’abord parce que, un peu perturbée par le changement culturel important, moi qui venait de passer des années en Afrique, je voulais entrer en contact avec quelque chose qui appartienne profondément à la culture locale. Mais aussi parce que je cherchais une forme de sport qui me permette de bouger sans m’ennuyer, étant donné que, depuis toujours, je déteste tous les sports routiniers, les machines, les poids, mais aussi les exercices d’aérobic pratiqués à l’américaine, avec un professeur qui crie « come on » et « one, two, three, four » en rythme et à plein volume, c’est une pure horreur.

A ce moment-là, à Tegucigalpa, il y avait une seule école de danse, « L »‘école de danse par excellence, dirigée par un très bon danseur cubain et sa femme hondurienne. Je m’y suis inscrite, avec peu de conviction, mais avec la curiosité d’essayer quelque chose de nouveau.

Classe de dance à Tegucigalpa avec Miguel

Classe de dance à Tegucigalpa avec Miguel

Le premier défi de la danse se présenta à moi dans les trois minutes suivantes, au début de la première chanson : ne pas avoir honte face à ma propre maladresse et ma rigidité physique.

La leçon se déroulait comme une classe d’aérobic quelconque : une salle pleine de glaces, un professeur devant ses élèves qui dansait sur des rythmes latins, et les élèves qui l’imitaient. Je crois que je n’oublierai jamais la sensation difficile de honte que j’ai éprouvée en essayant de suivre ces pas, d’apparence simple, que mes collègues réussissaient parfaitement. Pendant un bon mois, quand je réussissais moi aussi à placer le pied où il fallait, les autres étaient déjà trois pas en avant. Il m’a encore fallu 2 à 3 mois (mais pour certains rythmes, beaucoup plus !) pour réussir à faire en sorte qu’en introduisant le mouvement des bras, je ne perde pas complètement le rythme de mes pieds – et autant pour commencer à marquer le double passetto et le « un deux trois » de la salsa.

Mais, c’est incroyable, après quelques mois, j’avais vraiment appris ! Je parvenais à dominer le merengue, les tours, les pas principaux de la salsa, et même à donner un coup de hanche bien senti. Je dis toujours à qui veut approcher la danse latine que si moi, j’y suis arrivée, tout le monde peut le faire – cependant je vous avertis qu’il pourrait vous arriver ce qui m’est arrivé : ne jamais plus pouvoir s’en passer !

En fait, danser n’est pas seulement un très bon exercice physique, absolument pas ennuyeux et même très divertissant, mais c’est aussi un moyen de libérer sa propre énergie, de socialiser et de s’amuser en groupe.

 

Avec  un groupe d'amies à Lima

Avec un groupe d’amies à Lima

 

L’avantage de ces leçons de danse latine, c’est de fournir à la personne une série de clés, de pas, de mouvements, qui peuvent successivement être combinés et insérés comme on veut sur n’importe quel rythme, selon les goûts et la volonté de chacun.

A Tegucigalpa, après l’heure de gloire de l’école du professeur cubain, de nombreux professeurs se sont mis aussi à leur compte et ont ouvert leurs propres écoles, chacun copiant l’autre, mais avec son propre style et naturellement sa propre personnalité. Quand j’ai quitté Tegucigalpa, la ville pullulait d’options pour ceux qui voulaient pratiquer les rythmes latins tandis que la danse était devenue une habitude constante dans ma vie.

A Lima, il m’a fallu cependant une année entière de recherches à tâtons avant de trouver la solution idéale pour continuer à danser de manière divertissante et engagée. Le Pérou, parmi tous les pays du Cône sud, est considéré comme celui où l’on danse le plus la salsa, mais pour ceux qui arrivent de l’étranger il est difficile de trouver les « bons » canaux.

Pendant un an, j’ai parcouru les gymnases, les écoles de danse etc., à la recherche de professeurs et de méthodes voisines de celles auxquelles j’étais habituée à Tegus, et c’est seulement lorsque j’ai finalement trouvé le bon professeur et le bon club cubain où aller de temps en temps pour danser la salsa avec des amis, que je me suis rendue compte de mon niveau de dépendance à la danse latine ! Je vous souhaite à toutes de pouvoir vivre une expérience aussi agréable !

Examinons maintenant quelles sont les différentes méthodes d’apprentissage ainsi que les bénéfices de la danse.

Structure et organisation des leçons (Comment se déroulent-elles ici à Lima – mais elles ne diffèrent pas vraiment dans le fond de celles auxquelles je participais au Honduras):

Classe de dance avec Alfredo à Lima

Classe de dance avec Alfredo à Lima

– leçons de groupe, pendant lesquelles on pratique différents styles de danse, séparés en chorégraphies individuelles pour chaque thème. Les styles proposés sont la salsa, merengue, cumbia, bayenato, hip hop, reggae, plus les rythmes locaux en provenance de différents pays (au Honduras, c’était la « punta », danse des Garifuna, ici ce sont les rythmes noirs du Pérou). Les leçons durent 55 minutes et en plus de la danse, il y a un espace réservé à la tonification musculaire grâce à des exercices spécifiques. Un professeur qualifié réussit à faire s’amuser les élèves tout en les faisant s’entraîner de façon complète.

La leçon s’articule en plusieurs phases et se base sur l’exercice aérobic sans occulter aucun aspect : réchauffement, stretching, segment aérobic avec un temps de récupération a des intervalles appropriés, diminution du rythme et exercices localisés.

Un bon professeur commence la leçon par des rythmes simples pour avoir le temps d’estimer le niveau moyen du groupe : la première chanson doit contenir des pas de base pour donner au professeur la possibilité de « tester » les capacités des élèves, et proposer des thèmes et des pas adaptés au niveau. Une leçon trop simple peut s’avérer ennuyeuse, mais des pas trop compliqués, que les élèves ne sont pas en mesure de suivre et de reproduire, peuvent démotiver le groupe.

Bénéfices physiques

– La danse demande beaucoup d’énergie et aide donc à brûler des calories

-Les muscles travaillent de manière apparemment douce, mais en réalité très intense, ce qui modèle le corps tout entier, le rendant plus harmonieux et ferme.

– Bouger sur des rythmes musicaux augmente la coordination et aide à acquérir de l’harmonie et de la légèreté.

– Etant donné que les mouvements de danse sont de type mixte, on a le double avantage d’améliorer l’efficacité du coeur et des poumons, en travaillant en même temps la tonification musculaire et en augmentant l’élasticité des articulations.

– Danser aide à prendre conscience de son propre corps et à bouger avec un maximum de légèreté, en maintenant une posture correcte.

– Elle fait aussi travailler la mémoire de manière très naturelle étant donné que, au moins dans la phase d’apprentissage, il est nécessaire de beaucoup se concentrer pour se rappeler les différentes séquences et pas.

Bénéfices psychologiques

Les rythmes latins sont vraiment agréables. Si l’on parvient à ne pas écouter certains textes vraiment durs à digérer, une fois acquise la familiarité avec les pas principaux, on peut vraiment s’amuser.

Si l’on parvient ensuite à dépasser la honte que l’on éprouve parce que l’on pense ne pas pouvoir bouger très bien, et si l’on se laisse guider par la musique, on arrive à profiter vraiment de la leçon collective, et à complètement se relaxer. Dans ce sens, la danse représente une très bonne thérapie anti-stress, un moment où l’on accepte de se laisser aller et de décharger des tensions, des préoccupations et son mal être.

Danser aide également à vaincre sa timidité : lorsque l’on se rend compte que l’on peut reproduire des pas qui semblaient au début infaisables, on acquiert une grande confiance en soi le corps se débloque, se relaxe, les mouvements se font plus désinvoltes et légers et l’auto estime augmente.

Bénéfices du point de vue social

La danse latine constitue une vraie opportunité pour développer de nouveaux rapports sociaux. Généralement, si le groupe d’élèves est toujours le même, une entente naturelle se crée avec le temps, basée sur le partage d’un moment d’entraînement, mais aussi et surtout, un mode de communication instinctif, basé sur le langage du corps : danser est aussi une manière d’exprimer des sentiments, des émotions, de la séduction, des pensées, et par conséquent un instrument très direct pour instaurer de nouveaux rapports. Si le groupe de danse s’entend bien, il arrive souvent que l’on décide d’aller tous ensemble dans une discothèque ou bien un endroit en dehors de l’école de danse, occasion qui favorise le développement de rapports personnels.

 

Ballo latino6

 

En Amérique Latine, en outre, la danse est un élément fondamental en différentes occasions sociales: apprendre à danser quelques pas de base ne peut que favoriser l’intégration et la compréhension de la culture locale.

Pour apprendre à danser à Lima :

Alfredo Villanueva est un très bon professeur et danse à la perfection tous les styles. Il a crée son propre style de classes, qui s’appelle Baile y Salud. Vous pouvez le contacter à travers de sa page Facebook.

Il y a une école de salsa au Club Cohiba, à Miraflores.

Pour apprendre à danser à Tegucigalpa:

Escuela de Baile Chepe: dirigée par un jeune garifuna, très bon danseur et professeur. Spécialiste de salsa et punta. Vous pouvez contacter José Mena  par mail: chepemena@yahoo.com

Il y a aussi des classes de dance au centre Cybex, où, entre autres, il y a une belle piscine.

Contactez-moi si vous voulez me signaler une bonne académie de danse latine dans le pays ou vous vivez !
Claudiaexpat
Lima, Pérou
Décembre 2004

Traduit de l’italien par Valerie