Home > Art et Culture > Photographie > La photographie de David Taylor-Bramley

Sally est anglaise et vit au Zimbabwe. Nous avons eu la chance de la “rencontrer” car elle relit toujours volontiers les articles que nous traduisons en anglais. Pour cette mise à jour spéciale sur la Photographie en Expatriation, Sally nous a surprises avec un très beau témoignage sur son ami photographe David Taylor-Bramley – merci beaucoup Sally !!

Merci à Gabrielle pour la relecture

Le copyright sur toutes les photos est de David Taylor Bramley

 

Je connais David Taylor-Bramley depuis presque 30 ans, depuis que nous avons travaillé ensemble pour la première fois à Londres dans les années 80. Je me suis installée au Zimbabwe en 1995. Lui, s’est installé à Dubaï en 2003, et n’a jamais regardé en arrière. Je l’ai vu pour la dernière fois à mon mariage à Londres, en 1995, et nous sommes restés en contact tout au long des années.

David a eu un succès énorme à Dubaï, aussi bien du point de vue personnel que professionnel, ce qui l’amène à penser que ce déplacement a été le meilleur choix de sa vie. Quand il est arrivé au Moyen Orient pour la première fois, il a commencé par faire des photos publicitaires pour quelques uns des hôtels spectaculaires qui ont rendu   Dubaï célèbre dans le monde entier.

Le contrat suivant l’a envoyé au milieu du désert pour Lamborghini. En 2004 il a eu son premier contrat pour une campagne publicitaire pour Jotun paints.

A Londres David était plutôt connu comme photographe du monde. Son travail s’orientait vers les gens, avec des clients tells que British Airways, Mitsubishi, Royal Horticultural Society, Port of London, Fina Oil, Royal Mail, The Army, British Telecom et beaucoup d’institutions financières – la liste est longue.

Il a vécu des moments incroyables – et, pour citer ses mots, “effrayants”. Son premier travail rémunéré fut en 1982 à l’Hôtel Dorchester à Central London, pour photographier l’actrice Shirley MacLaine. David se souvient très clairement qu’après seulement quelques minutes, on lui a demandé de quitter l’espace Relations Publiques car les photographes de la presse locale voulaient plus de temps pour obtenir de meilleures photos. Lui, était débutant et n’avait pas un rôle important! Têtu, il est resté dans la chambre et s’est fait sortir par la force par deux gardes de sécurité des Relations Publiques, mais il a tout de même obtenu ce qu’il voulait. Alors qu’on le transportait hors de la chambre, il héla Shirley MacLaine, qui à ce moment précis se tourna vers lui, et le résultat fut cette photo parfaite de l’actrice.

 

David Bradley2

Une des ses photos les plus célèbres date de 1989. Il se trouvait sur le tournage du film de Derek Jarman, War Requiem,pour photographierLawrence Olivier, qui était déjà à la retraite à l’époque, et très faible. Son rôle était celui d’un vétéran de guerre et son infirmière était Ilda Swinton. L’autre acteur sur la photo est Nat Parker.

La décision de David de s’installer à Dubaï est née d’une sorte de frustration artistique. “La vie d’un photographe semble charmante et excitante, et je mentirais si je disais qu’elle ne l’est pas – quand tu as du boulot! Si tu es un mois sans travail, c’est une autre histoire”.

L’industrie publicitaire à Dubaï et dans le Moyen Oriente commençait vraiment à s’affirmer. Il y avait une grosse demande de photographes internationaux, et les agences faisaient la chasse aux prix pour se faire remarquer dans le gros business.

J’ai créé la « Taylor-Bramley Photography LLC » en 2003, et j’ai un studio dans une villa près du centre des affaires publicitaires ici. Mon associé et moi avons récemment lancé la « Parashoot Production », qui travaille avec des agences publicitaires et avec des entreprises pour organiser le casting, le choix des lieux et des stylistes (chevaux, maquillages, robes, et alimentation), ainsi que les permis, le transport, les repas pour la troupe, tout! Nous sommes très excités pour le futur”.

Voici certains des clients prestigieux avec qui David a travaillé: Samsung, Unilever, Proctor & Gamble, Nissan, Etihad Airways, Emirates Airlines, Qatar Airways, Rolls Royce, Toyota, Coca Cola, Daimler/Mercedes, McDonalds, National Bonds, Masdar Institute for Renewable Energy – mais… David me raconte qu’à Dubaï il a découvert une nouvelle passion dans la photographie, et vous ne devinerez jamais ce que c’est…il adore se pencher à l’extérieur des hélicoptères!

Actuellement David est en train de travailler sur le portrait d’un chef pour l’hôtel 5 Etoiles Grosvenor à Dubaï, et sur des photos de voitures pour Nissan.

David Bradley4Chaque fois que je regarde des photos, je pense à la personne qui est derrière l’objectif, depuis la position d’observateur – ils étaient là, ils l’ont vécu. J’ai passé une bonne partie de ma vie à regarder le monde à travers l’objectif d’un appareil photo. Mon travail n’est pas constitué uniquement d’expositions ou de hautes définitions, il consiste à faire en sorte que ce qui se passe devant l’objectif se traduise en image. Il consiste à donner un bon résultat photographique à des modèles qui ont bu la nuit précédente, et à être patient et amical avec les gardes du corps qui n’ont pas été prévenu de ton arrivée. Bref, il s’agit de résoudre des problèmes, et de convaincre un client que tu es capable de traduire ses idées en une réalité photographique (donc te faire payer)”.

David a une longue liste de reconnaissances et de prix:

2006 London International Awards : Or – Imprimé
2007 Dubai Lynx : Or – Outdoor
2007 Dubai Lynx : Or – Imprimé
2009 Dubai Lynx : Or
2009 Dubai Lynx : Argent
2009 Dubai Lynx : Bronze
2010 Epson International Panoramic Awards : Bronze
2010 Epson International Panoramic Awards : Bronze
2012 Summit International Awards : World Press Freedom Day
Qu’en est-il du futur pour David? “Je n’ai pas envie de retourner au Royaume Uni dans un futur proche. La vie est belle, je suis occupé et j’ai un espace pour travailler depuis chez moi. J’ai beaucoup d’amis et de collègues. Etre expatrié me convient parfaitement..”.

Maintenant qu’Emirates propose un vol pour Harare, je pourrais décider de monter dans un avion et aller voir mon vieux copain!

 

Sally Arumainayagam
Harare, Zimbabwe
Juin 2012