Home > Vie à l'étranger > Animaux > Transferer les animaux
  • Article de: Claudiaexpat
    Dernière mise à jour: janvier 2012

    Les animaux domestiques constituent une partie extrêmement importante dans les familles expatriées. Ils s’ajoutent aux bagages mobiles et deviennent un point de référence, aussi bien pratique qu’affectif, et ils rejoignent directement la découverte et l’adaptation dans un nouveau pays. Nous écrivons cet article pour ceux qui ont un animal ou qui sont sur le point de l’acquérir, et avec la conviction que, même si vous n’avez pas d’animal, vous serez en mesure de comprendre les angoisses inhérentes à l’expatriation d’un chien / chat, surtout lorsque le transfert implique de longues heures de transport aérien, de nombreux ports, et une arrivée à une destination avec des conditions de vie particulières, comme par exemple, un climat particulièrement rude.
    Nous pensons de ne pas exagérer en disant que le choix d’une nouvelle destination est en partie influencée par les conditions de vie de nos animaux sur place. Pour cette raison, la première chose à faire est de chercher un contact qui peut répondre globalement à ces questions importantes:

    • Comment sont les conditions de vie en général dans le pays pour un animal de compagnie?
    • Les animaux sont-ils acceptés, bien considérés par la population locale? Est-ce qu’ils peuvent se déplacer librement?
    • Y-a-t-il des maladies spécifiques dans le pays qui pourraient affecter la santé de nos animaux?
    • Est-ce que les propriétaires acceptent généralement les familles avec des chiens / chats dans leurs appartements/maisons?
    • Y-a-t-il des vétérinaires? Locaux, étrangers? Est-ce que les soins de santé animale sont chers?
    • Est-ce que l’on peut trouver des produits pour animaux domestiques? L’alimentation et les médicaments sont-ils disponibles? Sont-ils chers?

    Il est important de vérifier les conditions décrites ci-dessus car déjà en phase de préparation du voyage nous pouvons nous organiser pour la prochaine destination, comme par exemple faire un bon approvisionnement de médicaments spéciaux qui ne sont pas disponibles localement, ou vacciner notre chien / chat contre une pathologie particulière au pays.
    Une fois cela fait, nous procédons à la préparation de la documentation pour le transfert de l’animal. La règle essentielle à ce stade est de COMMENCER ABSOLUMENT A TEMPS. Chaque pays a ses propres règles, chaque compagnie aérienne a ses dispositions, et il y aussi des variables liées à la santé de l’animal ou à votre situation personnelle qui pourraient devoir être prises en considération. Donc, ne tardez pas à commencer à recueillir des renseignements pour planifier votre voyage.
    En règle générale, où que vous soyez et où que vous alliez, vous vous adresserez :

    • au vétérinaire
    • à l’institution en charge de permettre à l’animal de quitter le pays dans lequel vous êtes
    • à l’institution responsable de le laisser rentrer dans le nouveau pays
    • si nécessaire, à l’ambassade ou au consulat des deux pays
    • à la compagnie aérienne avec laquelle l’animal voyage

  • Tous les chiens et les chats en transit pour l’Europe doivent désormais être équipés d’une puce ISO (un numéro de série qui est inséré sous la peau des animaux, généralement entre les omoplates) et un passeport qui en indique le nombre. Une fois que vous avez franchi cette étape, le reste est assez simple. Attention: si votre animal vient pour la première fois en Europe avec un document / passeport délivré dans un pays non UE, demandez immédiatement à votre vétérinaire de lui préparer son passeport européen avec toutes les données nécessaires de votre ami à quatre pattes et surtout son histoire et la liste des vaccinations.

    Nous attirons votre attention sur l’importance du vaccin contre la rage. Ce vaccin est indispensable pour déplacer les animaux d’un pays à l’autre et le rappel doit être effectué chaque année. Pour ceux qui n’ont jamais vacciné l’animal contre la rage, il est bien de rappeler que la vaccination nécessite un rappel et que toute l’opération (avec comptage des anticorps après le rappel) peut prendre jusqu’à 3 ou 4 mois. Il faut le savoir lors de la planification des voyages et des départs! Nous recommandons également de ne pais laisser écouler plus de 365 jours entre un vaccin et l’autre: seulement de cette manière, le comptage des anticorps (qui sera exigé la première fois que le chien sera introduit dans un nouveau pays et qui est fait par une prise de sang) sera valide pour toute la vie de l’animal. En absence du rappel ponctuel, ou même s’il est mené avec un seul jour de retard sur une base annuelle, vous aurez à refaire le comptage des anticorps, ce qui n’est pas facile dans tous les pays. Si vous êtes dans un pays où il n’existe pas de laboratoire pour ce test, le sang de votre animal sera envoyé dans le premier pays voisin qui en est fourni, et ceci, en plus du temps requis et le coût déjà élevé de l’examen lui-même, va ajouter un fardeau financier supplémentaire à l’opération. Sur ce site http://ww2.defra.gov.uk/ vous trouverez une liste de tous les laboratoires dans le monde qui peuvent effectuer l’examen.

    • Les documents qui doivent toujours accompagner l’animal, en dehors de la puce électronique et du passeport qui témoigne de son installation, sont:
    • Le comptage des anticorps contre la rage (pour le premier transfert et à conserver dans le dossier de l’animal pour les voyages suivants)
    • Le carnet de vaccination (qui doit toujours être mis à jour avec les références appropriées) s’il n’est pas inclus dans le passeport
    • Un certificat de bonne santé délivré par un vétérinaire de l’organisme public chargé de la circulation des animaux (Ministère de la Santé, Ministère de l’Agriculture, ASL, etc.)
    • Certains pays exigent un certificat d’exportation et d’importation

    C’est une bonne idée de préparer un dossier dans lequel conserver tous les documents concernant la vie de votre animal de compagnie, notamment en ce qui concerne les visites médicales dans les différents pays, les médicaments administrés dans chaque cas et les examens et radiographies effectués. Ils seront utiles pour le vétérinaire du nouveau pays.

  • En supposant que votre animal voyage en avion, la première chose à faire est de toujours consulter les compagnies aériennes: certaines lignes ne permettent pas de transporter les animaux dans la cabine, ou l’autorisent seulement sur certains trajets et vers certaines destinations.
    Il peut aussi arriver que certaines compagnies aériennes interrompent le service de transport des animaux pendant l’été ou en hiver, quand la chaleur / froid excessifs deviennent dangereux pour l’animal. Cette suspension des transports est appliquée dans de nombreux pays ayant un climat tropical, chaud et humide.

    En cabine ou comme bagages en soute

    Généralement les compagnies aériennes transportent les animaux de compagnie en tant que cargaison, et dans ce cas, tout le personnel qui gère le départ et l’arrivée de l’avion doit être informé. Selon la destination, certaines compagnies aériennes vous permettent de voyager avec vos chats ou des petits chiens dans la cabine, si le poids de la cage plus celui de l’animal qu’elle contient ne dépasse pas le poids autorisé en cabine. La cage doit aussi pouvoir rentrer à vos pieds et doit donc vraiment être petite. Vous pouvez aussi décider de payer un billet séparé pour placer votre animal de compagnie sur le siège à côté de vous. Certaines compagnies aériennes le permettent, et dans ce cas le tarif appliqué est celui de CHILD (enfant). Considérez cependant que si votre animal est particulièrement agité, rester enfermé dans la cage dans un environnement où les passagers et les auxiliaires de vol circulent en permanence peut le rendre encore plus nerveux que s’il était placé dans la «tranquillité» de la soute. Même vos compagnons de voyage deviendront nerveux si le chat / chien aboie ou miaule pendant tout ou partie du voyage. Généralement les compagnies aériennes limitent le nombre d’animaux admis dans la cabine. Si vous souhaitez voyager avec votre animal à côté, vous devez informer rapidement la compagnie aérienne lorsque vous réservez votre vol.

    Si vous envoyez votre animal dans la soute il sera considéré comme bagage et donc si son poids total (animal + cage) dépasse les 20 ou 30 kg autorisés, vous devez payer l’excédent de bagages qui est autour de 40 euros par kilo.

    Du point de vue de la procédure pour faire rentrer l’animal dans le nouveau pays, il est beaucoup mieux de le faire voyager sur votre même vol et le récupérer avec vos bagages (si vous le faites voyager dans la soute) et il sera vérifié par la personne responsable des inspections vétérinaires, comme pour la vérification d’une valise. Si vous avez tous les papiers requis par le pays d’accueil en règle et si une période de quarantaine n’est pas nécessaire, votre animal pourra quitter l’aéroport avec vous selon le pays, même assez rapidement.

    Bagage en excès ou expédition comme fret sur un autre vol

    Selon votre destination et la compagnie aérienne que vous choisissez d’utiliser, vous pouvez faire voyager votre animal de compagnie avec vous comme bagage excédentaire. C’est-à-dire que vous payerez le coût en excès au delà des 20 ou 30 kilos accordés par la compagnie aérienne, après avoir calculé le poids total de vos valises + + le chien en cage.
    Certaines compagnies aériennes traitent les animaux en transit comme des marchandises et doivent donc être envoyés comme bagages non accompagnés, et dans certains cas ne peuvent pas voyager avec le propriétaire. Une procédure pas très agréable, tant pour l’animal que pour l’augmentation de la charge financière, car dans ce cas vous aurez besoin de contacter une agence en charge du transport de fret depuis l’aéroport de départ jusqu’à destination.
    Si possible, et si vous avez un très gros chien, qui nécessite d’une cage lourde, il vaut mieux envoyer l’animal en tant que cargaison sur votre même vol, en lui faisant un billet. Gardez à l’esprit que certains pays taxent les animaux qui rentrent en tant que cargaison. Le coût varie de pays à pays et tient compte de facteurs tels que le poids de l’animal, sa race, son âge, et le coût du transport aérien avec lequel il a voyagé : dans certains pays le coût total peut atteindre 30% du coût de l’expédition. Tous ces facteurs sont à considérer, surtout si votre chien est très grand, donc nous réitérons l’importance d’agir à temps et de bien évaluer les diverses possibilités, à tous les points de vue.

    Si vous le faites voyager sur votre propre vol et que vous avez une trajectoire qui comprend une escale, demandez d’abord exactement si l’animal vous sera livré à sa destination finale ou si vous devrez le retirer et le renvoyer à nouveau entre un vol et l’autre (ce qui arrive en tous cas très rarement).

    Les inconvénients de l’envoi de l’animal en tant que cargaison sur un vol autre que le votre sont nombreux: en plus de l’angoisse de ne pas l’avoir avec vous et donc de ne pas pouvoir contrôler de près le processus de chargement, etc., les procédures de réception et d’expédition sont beaucoup plus longues. Dans de nombreux cas, vous devez faire une demande écrite à la compagnie aérienne à l’avance, en les informant de votre intention d’expédier le chien. Lors de l’expédition, vous devez vous présenter à l’aéroport plusieurs heures avant le départ du vol, obligeant ainsi l’animal à passer encore plus de temps dans la cage, et il s’agit du même processus pour le dédouaner, qui peut également s’avérer long et tortueux dans certains pays.

    Cependant, vous n’avez parfois pas le choix: dans certains pays les chiens ne peuvent rentrer qu’en tant que cargaison séparément, c’est-à-dire que vous ne pouvez pas les emporter avec vous. Renseignez-vous bien sur quelles sont les routes sur lesquelles cette procédure est imposée.

    Deux compagnies aériennes qui sont bien pour envoyer les chiens en tant que cargaison sont British Airways et Lufthansa en Europe, et Kenya Airways en Afrique. En Amérique Latine, des expériences positives nous ont été signalées avec Copa et TACA.

    Important: quelle qu’elle soit la façon que vous choisissez pour faire voyager l’animal, le contact avec la compagnie aérienne est essentiel et doit être fait à temps. Ceci est particulièrement vrai quand l’animal est expédié comme fret: vous devez communiquer à temps à la compagnie aérienne ou à votre agent de voyage les mesures et le poids de la cage (aussi bien vide qu’avec l’animal). Fournissez à la compagnie aérienne tous les détails de votre itinéraire (en particulier si le voyage comporte plusieurs parties avec différentes compagnies aériennes). Il est impensable de se présenter à l’aéroport avec son chien sans un contact préalable avec la compagnie aérienne. Ceci est également valable pour les courtes distances continentales et même si le chien ou le chat voyage dans la cabine avec vous comme bagage à main.

    Il vaut toujours mieux reconfirmer le voyage au moins 48 heures avant.

  • Tout d’abord rendez-vous avec votre vétérinaire! Après un check-up complet, il pourra administrer les vaccins nécessaires, et ceux qui peuvent être requis par le nouveau pays. C’est un processus qui doit commencer tôt, au moins deux mois avant la date de départ. Certains vaccins empêchent les chiens de voyager pendant plusieurs jours, d’autres doivent être administrés un mois avant l’arrivée dans le nouveau pays. Selon les circonstances, il peut aussi être nécessaire de fournir les résultats d’un test sanguin.

    Attention: Si vous avez un chiot, n’oubliez pas qu’avant de voyager il doit avoir développé suffisamment d’anticorps dans le système immunitaire, et ceci n’est pas toujours le cas chez les chiens de quelques mois. Certains pays ne laissent pas sortir les petits animaux qui n’ont pas atteint les niveaux requis, d’autres peuvent les supprimer à l’entrée. Le niveau d’anticorps est établi avec un test sanguin: si votre chiot n’en n’a pas assez, refaites le test à nouveau trois mois plus tard. Pour cette raison il faut parler à votre vétérinaire bien à l’avance, en cas de transfert d’un chiot.

    Si votre chien se déplace pour la première fois, il est bien qu’il familiarise avec la cage plusieurs jours avant le départ, de manière à minimiser le traumatisme de s’y retrouver verrouillé. Achetez la cage à temps et laissez-la ouverte quelque part dans la maison, où le chien passe son temps, et vous pouvez même y mettre dedans un objet comme une couverture, une balle ou un autre jeu du chien. Laissez-le s’approcher de la cage à son propre rythme, jusqu’à ce qu’il commence à la considérer comme un objet familial. L’idéal serait d’arriver à l’enfermer dans la cage chaque jour un peu plus, puis en lui montrant que vous le libérez: cela l’aidera à faire le voyage avec plus de tranquillité d’esprit, parce qu’il aura appris que, tôt ou tard, il sort de la cage.

    La cage

    L’achat de la cage est quelque chose que vous ne pouvez pas faire au dernier moment: plus tôt vous l’achèterez, plus des chances vous aurez que le chien s’habitue à sa présence et à son utilisation. La cage que vous achetez doit être suffisamment forte, entièrement étanche, solide et avoir un système de verrouillage de la porte avec une ventilation sûre et adéquate. Ne soyez pas courts approximatifs avec les dimensions! Les règles de l’IATA sont strictes dans ce sens: votre chien doit être capable de se mettre debout dans la cage, et de s’y déplacer avec la tête haute. Si vous achetez une cage trop petite la compagnie peut refuser de transporter l’animal.

  • Tout d’abord partez à temps Si votre chien se déplace avec vous, présentez-vous à l’aéroport au moins 3 heures avant le départ du vol. Si vous l’expédiez en tant que cargaison, vous devez arriver même avant, la procédure est plus complexe.

    • Rappelez-vous que les animaux ne peuvent pas être exposés à des températures extrêmes. Certaines compagnies aériennes refusent de les faire voyager pendant les mois plus chauds ou plus froids, tandis que d’autres acceptent les réservations, mais peuvent se réserver le droit de ne pas faire voyager l’animal dans le cas où les conditions climatiques aient considérablement changé. Soyez préparés à cette éventualité, et ayez toujours un plan B prêt .
    • L’animal ne doit pas nécessairement être sous sédation. Rappelez-vous que le sédatif peut avoir des effets secondaires à haute altitude (problèmes respiratoires). Évidemment, vous écouterez les conseils de votre vétérinaire, et s’il vous propose le sédatif, demandez-lui de faire un test sur le chien quelques jours avant le voyage.
      – Préparez la cage avant d’y faire rentrer le chien: mettez un tampon pour les incontinences sur le fond (parfait pour absorber tout liquide) et un oreiller (mieux qu’une couverture, qui se déplace et se boucle).
    • Essayez de trouver un moyen de fixer un pot d’eau sur la porte de la cage. Dans ce conteneur, vous pouvez mettre de la glace qui va fondre lentement et enlever la soif du chien dans la première partie du voyage. Une bonne idée est de connecter une bouteille qui reste en dehors de la cage au conteneur, afin que le personnel en charge du transport du chien puisse remplir le récipient sans ouvrir la cage.
    • Collez sur la cage, bien en évidence, une feuille placée dans un protecteur en plastique avec vos coordonnées (nom, adresse, téléphone, etc.), le nom du vétérinaire, la race du chien, peut-être le type de nourriture que vous lui donnez à manger et la fréquence avec laquelle il est nourri. Si votre chien a des problèmes de santé, pensez à le signaler.
      Vous pouvez également ajouter une deuxième feuille avec des indications claires telles que «Attention, ne pas ouvrir la porte de la cage sans raison», ou n’importe quoi d’autre vous vous pensez important.
    • Demandez à votre vétérinaire quand vous devez le nourrir pour la dernière fois, afin de diminuer l’inconfort associé aux nausées dûes à l’altitude (moins de nourriture dans l’estomac réduit le risque de nausées) sans le laisser trop affamé si le voyage est long.
    • S’il y a deux chiens qui voyagent au même temps, demandez de les placer l’un en face de l’autre, le fait de se regarder va les calmer.
    • Ne mettez pas de chaînes sur la porte de la cage !!!!!! En cas d’urgence elle doit pouvoir être ouverte rapidement. Au lieu de cela, utilisez le ruban adhésif qui vous est fourni au check in pour fermer la porte.
    • Exigez de pouvoir voir quand votre chien est mis dans la soute. Si cela n’est vraiment pas possible, insistez pour qu’ils vous confirment qu’il a été chargé et placé de façon appropriée.
    • Vérifiez qu’il n’y ait pas de cercueils avec des cadavres voyageant dans le même avion. Il est interdit de faire voyager des animaux vivants avec des restes humains, mais de nombreuses compagnies aériennes ferment les yeux sur la chose. Vérifiez bien cela car la présence d’un cadavre pourrait vraiment mettre agiter votre chien.
    • Si le pays de destination exige une période de quarantaine, demandez d’abord comment et où vous la réaliserez.

      Si vous n’êtes pas là pour recevoir le chien, assurez-vous à temps que la personne qui sera le tuteur ait tous les détails de l’arrivée du vol et concernant le chien.

      S’il voyage avec vous, la procédure pour le dédouaner est, dans la plupart des cas, rapide.

      Maintenant que votre chien est arrivé à sa nouvelle destination, n’oubliez pas qu’il a besoin d’une période d’adaptation: les changements climatiques, visuels, sonores, etc. prennent du temps pour les animaux. Ne vous précipitez pas à vouloir l’intégrer dans une routine quotidienne, donnez lui le temps de comprendre que cela est sa nouvelle maison.

      Essayez de l’amener à un vétérinaire immédiatement pour lui faire connaître le chien. Il est important d’établir un contact même s’il n’y a pas une urgence à le traiter. Gardez toujours à portée de main le numéro de votre nouveau vétérinaire.

      Renseignez-vous sur les procédures d’enregistrement pour le chien dans votre ville.

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 13 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.