Home > Pakistan > Une fenêtre sur le Pakistan: Les coupures d’électricité
pakistan

Aujourd’hui Carolexpat ouvre sa fenêtre sur le Pakistan et nous parle des coupures d’électricité dans son pays d’accueil.

 

Réalité sur le terrain; sortir de la zone de confort; faire face à certaines réalités présentes dans leur pays d’accueil n’est pas toujours évident pour les communautés expatriées.
Les personnes pouvant le faire développent automatiquement une forte empathie vis-à-vis des populations locales et leur propre vision de la vie change totalement suite à une telle expérience!

En tant qu’ expat il s’avère difficile, selon les pays, de comprendre la manière dont les gens vivent, leurs problèmes et de créer des cercles de connaissances et d’amitiés étant donné que la barrière culturelle est pratiquement toujours présente.

 

Décrivons la manière dont les pakistanais vivent au quotidien avec de multiples coupures d’électricité lesquelles représentent un problème insurmontable pour le pays et ceci à tous les niveaux de la vie quotidienne.

Peut-on simplement imaginer en Europe vivre sans électricité?

Impossible! Au Pakistan et depuis environ 8 ans le pays fait face à des coupures…nous ne parlerons pas des causes et des raisons de ce problème car elles peuvent être liées à des raisons politiques en dehors du sujet de cet article mais  imaginez en tant qu’expat la manière dont les gens, les femmes et les enfants subissent chaque jour ce manque.
Il n’y a pas d’électricité durant 10 à 12 heures dans la plupart des régions..certaines personnes ne sont pas directement concernées par exemple l’enclave diplomatique d’Islamabad, les quartiers aisés des grandes villes et les endroits gouvernementaux. Les classes moyennes et principalement les plus pauvres, les villageois vivent cette situation très péniblement.

Afin d’avoir une idée concrète du problème:

Imaginez-vous regardant la TV, écoutant de la musique, tapant sur votre PC, repassant, faisant la lessive, étudiant, les ventilateurs sont enclenchés…tout à coup tout s’arrête et à n’importe quel moment du jour ou de la nuit. La plupart de la population possède des générateurs d’énergie qui sont en fait des batteries de camions ou de voitures ou des générateurs UPS (uninterruptible power supply).

Les générateurs fonctionnent à l’huile moteur ou au gaz mais sont très bruyants et empêchent de dormir correctement et de plus un membre de la famille  doit se lever pour enclencher et déclencher le processus une fois l’électricité rétablie. Précisons qu’il y a également des coupures de gaz suivant les endroits et le coût de l’huile moteur ou du pétrole fait désormais partie du budget mensuel. Les générateurs UPS sont plus simples, silencieux et automatiques mais les batteries se déchargent au bout de trois à quatre heures d’utilisation. Le problème surgit en été (40-45 degrés) lorsque les ventilateurs arrêtent de fonctionner particulièrement durant la nuit les enfants se réveillent et les moustiques attaquent la peau en quelques secondes.
La climatisation ne fonctionne pas lorsque les générateurs sont enclenchés à moins d’un posséder un de taille supérieure de même pour les réfrigérateurs, toutes les denrées surgelées périssent, les modems, lampes,appareils électro-ménagers se détruisent suite aux variations de voltage.

Il y a quelques années de cela les enfants étudiaient à la lueur des chandelles durant les heures de coupures, de nos jours les lampes et lumières électriques et solaires sont vendues sur les marchés..les panneaux solaires sont disponibles mais leur prix est encore élevé.

Les pauvres du pays ne possèdent rien, ni générateur, ni panneaux solaires, ni lumières spéciales, absolument rien..des bougies uniquement. Leurs nuits durant l’été consistent à agiter leur éventail sur les lits de leurs enfants pour les rafraîchir et les protéger de moustiques…eux-mêmes, afin de conserver leur température corporelle placent des tissus mouillés sur leur corps…
Comment ne pas éprouver d’empathie !

Carole Sahebzadah (Carolexpat)
Islamabad, Pakistan
Juillet 2017

Cet article fait partie d’un projet que nous appelons « Une fenêtre sur « . Nous écrivons des articles courts sur un aspect très spécifique de notre pays d’accueil. Un peu comme ouvrir la fenêtre de notre maison et raconter ce que nous voyons. Nous serions très heureux de publier également ce que vous voyez. Écrivez-nous!