Home > Amérique du Sud > République Dominicaine > L’immersion profonde de Lindsay

Nous sommes heureuses aujourd’hui de vous présenter la vie et l’experience de Lindsay, une femme anglaise qui vit en République Dominicaine, dans cette belle entreview. Merci Lindsay!

 

Parlez-nous un peu de vous : qu’est-ce qui vous a décidé à quitter le Royaume-Uni et à  commencer à voyager autour du monde? Où êtes-vous allée? Comment subveniez-vous à vos besoins?

Je suis née au Royaume-Uni, l’aînée de 4 enfants et comme mon père était dans l’armée de l’air nous nous déplacions beaucoup. Pas seulement au Royaume-Uni, mais nous sommes allés à Singapour quand j’avais 8 ans. C’était la première fois que j’allais à l’étranger et comme à l’école j’étudiais le français, l’allemand et le latin, j’ai continué à pratiquer ces langues en voyageant au cours de mon adolescence. Je me suis ensuite installée au Royaume-Uni et ai travaillé pour diverses sociétés de services financiers et continué à voyager chaque fois que je le pouvais, mais seulement pour les vacances. J’ai aussi appris à faire de la plongée, ce que j’ai adoré et j’ai donc renoncé à mon emploi à plein temps pour devenir consultant en marketing et j’ai commencé à passer des périodes plus longues à l’étranger pour faire de la plongée, généralement dans les Maldives.

Lindsay3A ce stade, j’étais mariée, financièrement à l’aise, je dépensais  mon argent en vêtements de marque, voitures rapides et vacances, mais je sentais toujours que quelque chose manquait dans ma vie. Ne pouvant pas avoir d’ enfants, et donc incapable de laisser toute trace de mon existence sur cette planète, je voulais trouver un moyen de faire une différence, une certaine façon de donner un but à ma vie, une raison d’avoir été ici.

Je décidais de quitter mon mari, mon travail et mon pays, pour  vivre au jour le jour et ne pas passer toute ma vie à attendre et à épargner pour l’avenir, mais à faire ce que j’aimais le plus, la plongée, et le faire maintenant. Je savais que je pouvais gagner suffisamment pour vivre en tant qu’instructeur, et j’avais également plusieurs milliers de livres d’économies. J’ai commencé dans les Maldives, puis à Singapour, en Thaïlande, Bornéo et Minorque, travaillant comme instructeur de plongée. A Minorque, j’ai décidé que si je pouvais parler français ,allemand et anglais, je devais apprendre l’espagnol car  je voulais vraiment voyager en Amérique du Sud. Je savais aussi que je voulais vivre sous les Tropiques et même si  Menorca était belle, la mer était glaciale! Je savais que j’aimais les Caraïbes, alors j’ai concentré mes recherches sur cette zone et j’ai trouvé un poste d’instructeur de plongée en République Dominicaine. Je suis partie avec un contrat de 6 mois, en espérant que je serais capable d’apprendre l’espagnol.

Lindsay2Qu’est-ce qui vous a séduit en République Dominicaine?

La République dominicaine était beaucoup plus grande que je ne le  pensais, et beaucoup plus diversifiée. Non seulement les plages tropicales, mais aussi les forêts tropicales et les montagnes. Je suis tombée amoureuse des gens qui sont très chaleureux, de leur style de vie décontracté, de la musique, du climat mais surtout de la liberté. Il semblait n’ y avoir aucune règle. Vous pouviez conduire sans ceinture de sécurité, rouler sur une moto sans casque, fumer où vous le souhaitiez et dansez  dans les supermarchés. Le sentiment de liberté était grisant et les contraintes habituelles de la vie quotidienne ne semblaient pas exister.

Comment avez-vous organisé votre nouvelle vie?

J’ai vécu dans un petit appartement d’une pièce, puis ai déménagé dans un  plus grand, avec deux chambres pour pouvoir héberger des visiteurs venant  du Royaume-Uni. Les autres instructeurs de plongée vivaient dans le même complexe. Nous travaillions  toute la journée sur la plage, discutions avec les touristes et les gens qui étaient venus pour plonger, et puis nous allions faire la fête et danser tous les soirs. Après quelques mois, j’ai rencontré un homme dominicain et lui et ses trois jeunes fils ont emménagé chez moi. Nous avons finalement acheté une villa dans les bois, nous nous sommes  mariés et avons acheté un petit colmado ou petite épicerie.

Tout a changé quand une nuit j’ai interrompu un cambriolage dans la maison et j’ai reçu une balle dans la gorge. Heureusement, j’ai survécu, mais cette expérience m’a rendu encore plus déterminée à faire quelque chose de ma vie. La fusillade et la trachéotomie qui s’en est suivie  ont endommagé mes cordes vocales et je ne parlais pas bien, et à cause de la balle qui avait  traversé mon poumon je ne pouvais plus plonger. J’ai commencé à travailler plus au magasin, et à donner des cours privés d’espagnol. Cela signifiait que je passais plus de temps avec les Dominicains, plutôt qu’avec les expatriés, et comme je ne pouvais plus parler dans des ambiances bruyantes, nous avons cessé d’aller dans les bars et de danser, ce qui signifiait encore moins de contact avec les expatriés.

LindsayParlez-nous de  l’expérience d’être la partenaire d’un homme qui se présente aux élections, et comment cela a affecté votre routine et votre relation avec d’autres expatriés…

Mon mari a décidé de se présenter aux élections pour le poste de maire de notre commune, car nous voulions tous les deux aider la population locale, la pauvreté dans la région étant épouvantable. De cette façon, nous pourrions les aider beaucoup plus qu’en nourrissant quelques-uns et en les aidant financièrement quand ils avaient un gros problème. Toute notre routine a changé car tout était centré sur la victoire de la campagne.. Je voyais moins  mes compatriotes expatriés et passais chaque jour à faire campagne, classant les communiqués decpresse, organisant  des réunions, etc.  Chaque jour, j’avais des réunions avec des groupes de femmes pour savoir quels étaient les besoins et de quelle façon nous pourrions aider. C’était une période épuisante mais exaltante-.

Parlez-nous de votre livre  Comment avez-vous décidé de l’écrire, combien de temps at-il fallu pour le  terminer, comment avez-vous fait la promotion…

Je me considèrais pas vraiment comme un écrivain, mais je suppose que j’ai commencé à écrire le livre après avoir reçu une balle bien qu’à ce stade, c’ était juste un besoin que j’avais d’écrire sur ce qui m’était arrivé. J’ai eu un trou de mémoire d’environ 5 heures après la fusillade alors j’ai parlé aux personnes qui étaient là pour combler les lacunes. Puis je l’ai écrit et n’ai rien fait de ce manuscrit. Après l’élection je me suis assise et j’ai écrit le livre en entier, à partir du moment où j’ai quitté la DR jusqu’à aujourd’hui – soit il y a environ 6 mois maintenant, en intégrant ce que j’avais écrit après avoir été blessée. J’ai terminé le premier projet en environ six mois, mais il m’a fallu un certain temps pour trouver un éditeur et rédacteur en chef, et suite à une réécriture assez vaste et nécessaire, tout alla très vite. En fait, ça m’a étonnée quand mon éditeur, Jane Dean, m’a dit que je ne pouvais plus rien changer, et seulement deux semaines plus tard, il a été publié.

Lindsay4

Dès que j’ai vu qu’il était disponible sur Amazon, j’en ai parlé sur mon blog, Facebook, plusieurs groupes Facebook, la page de blog Facebook, et j’ai écrit à toutes les personnes qui m’avait écrit sur le blog au cours des deux dernières années.

La réponse a été incroyable avec des critiques fantastiques, et maintenant je me sens confiante pour aller à la rencontre des presses nationales à travers le monde et parler avec elles à ce sujet.

Comment est votre vie maintenant? Comment vivez-vous et votre sphère professionnelle s’est-elle développée?

Je vis maintenant dans les montagnes à des kilomètres de tout et toujours en République dominicaine. Ayant vécu dans une zone touristique, puis dans une ville barrio,nous vivons maintenant dans la campagne ou campo.Nous avons quelques acres de terre et plantons tous nos fruits et légumes. C’est une vie simple mais que j’adore. Nous avons une paix totale , le  calme et une vue imprenable sur la campagne. Nous avons très peu de voisins, mais tous s’entraident. Je me concentre sur mon écriture, les articles et mon blog, et mon mari étudie pour devenir avocat. Les lecteurs du premier livre me demandent déjà d’en écrire un autre, de sorte que j’y pense en attendant que les producteurs de films me contactent pour faire un film à partir du premier – dans mes rêves en tout cas!

 

Lindsay de Feliz
https://yoursaucepans.blogspot.co.il/

Interview recueillie par Claudiaexpat 

Traduite de l’anglais par Anne, à Jérusalem

(Visited 1 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 14 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*