Home > Asie > Israël/Palestine Occupée > Conduire à Jérusalem

Claudiaexpat s’appui à son experience de trois ans de vie à Jérusalem pour nous donner quelques infos et conseils sur la conduite dans sa ville d’accueil.

Si vous venez vivre à Jérusalem, vous souhaiterez peut-être acheter une voiture. Acheter une voiture ici se fait par le bouche à oreille – les expatriés partent et vendent donc leurs voitures. Vos collègues de bureau (ou ceux de votre conjoint) sauront si il y a de bonnes occasions. Vous pouvez également consulter les sites Web tels que www.jerusalemexpatnetwork.org, www.englishpal.ps et https://www.janglo.net/. Toutefois, les voitures avec des plaques blanches («plaques diplomatiques») ne peuvent être achetées que par des personnes titulaires d’un passeport diplomatique ou de statut diplomatique. Si ce n’est pas votre cas, vous devrez acheter un véhicule en «plaque jaune», ce qui n’est pas un problème, mais vous ne pourrez pas profiter des avantages et de la liberté qu’offre la conduite en plaque blanche. La police ne prend généralement pas la peine de verbaliser les diplomates et fermera les yeux s’ils se garent au mauvais endroit (sur le trottoir, sur les bandes rouges et blanches, sur les places réservées aux résidents) ou s’ils roulent dans la voie réservée aux transports en commun et aux taxis. Ce qui ne veut pas dire que cette attitude est autorisée: les voitures en plaque blanche sont censées respecter le code de la route, mais la tolérance aux infractions est un fait. Si vous, au contraire, vous conduisez une voiture en plaque jaune, vous devrez être très prudent et respecter scrupuleusement toutes les règles, parce que la police est partout, très stricte et les amendes sont élevées. Le plus souvent, les amendes sont données pour les raisons suivantes:

  • parking au mauvais endroit (je vais parler plus longuement du stationnement plus loin), 100 à 500 NIS
  • pas de ceinture de sécurité, 250 NIS (par personne ne la portant pas)
  • téléphoner en conduisant, 1000 NIS
  • emprunter une voie jaune, 250 NIS
  • rouler sans mettre les phares (obligatoire, même pendant la journée d’Octobre à Avril), 250 NIS

Si vous ne voulez pas gaspiller d’argent, je vous suggère fortement d’être prudent.

Guida_a_Geru3Conduire à Jérusalem n’est pas de tout repos. Bien que la ville soit relativement petite et que vos déplacements se résumeront à quelques trajets , plusieurs choses pourront vous perturber:

  • Les voies «blanches» et «jaunes» n’ont rien à voir avec la couleur des plaques: comme dans beaucoup d’autres pays, les voies blanches sont pour tout le monde, les voies jaunes sont pour les transports publics et les taxis. Ce qui peut arriver, surtout si vous êtes nouveau et que vous ne connaissez pas votre chemin, c’est de vous retrouver soudainement sur une voie jaune, sans avoir d’autre choix. Vous finirez par si bien connaître le chemin que ce ne sera plus un problème pour vous, mais au début soyez attentif;
  • les panneaux de signalisation sont généralement en trois langues, l’hébreu, l’arabe et l’anglais. Ceux-ci peuvent être particulièrement déroutants en particulier sur les grandes avenues qui mènent à Jérusalem sauf si vous savez exactement où vous allez et comment vous y rendre;
  • les gens sont généralement très nerveux au volant, et si vous vous arrêtez n’importe où (pour lire un panneau, par exemple) ou si vous ralentissez et conduisez d’une manière incertaine, ils commencent à klaxonner ce qui peut être perturbant;
  • les feux de circulation peuvent aussi être déroutants au début: certains croisements offrent quatre options ou plus (aller tout droit, continuer tout droit pour les voies jaunes, tourner à gauche, tourner à droite) et les feux changent de couleur à des moments différents, il faut donc rester très concentrés. Avant de passer au vert , les feux passent brièvement à l’orange vous autorisant à démarrer(si vous ne le faites pas, la personne derrière vous va probablement commencer à klaxonner);
  • il est d’usage ici de ne pas respecter la file d’attente – vous aurez toujours quelqu’un qui doublera une longue file (à un feu rouge par exemple). Cette attitude est considérée comme normale et largement acceptée, mais est difficilement supportée par les étrangers. Sachez que si vous ne laissez pas ce véhicule passer devant vous, les automobilistes seront surpris (et parfois même en colère). Certains conducteurs se mettent même à votre hauteur et attirent votre attention en klaxonnant pour vous demander de les laisser passer;
  • à l’ouest de la ville, les gens remercient rarement quand vous les laissez passer.

Une fois habitué aux règles (d’ordre juridique et comportementales) vous trouverez la conduite dans Jérusalem tout à fait acceptable et parfois même agréable – vous détendre au volant vous donnera la possibilité de regarder autour de vous et Jérusalem ne manque pas de “personnages”!

Soyez prudent lorsque vous traversez les quartiers juifs ultra-othodoxes. Les voitures de l’ONU ou portant les logos des organisations internationales sont mal vues; la population peut parfois lancer des pierres (comme c’est arrivé à un de mes amis qui conduisait une voiture de l’ONU et traversait Mea Shearim – le quartier ultra-orthodoxe le plus ancien et le plus central de Jérusalem – pour aller chercher sa fille à l’école anglicane). Mea Shearim a une très forte concentration de poussettes et les trottoirs sont généralement très étroits, vous devrez donc être très prudents si vous devez traverser ce quartier. Portez toujours des manches longues lorsque vous entrez dans ce quartier.

Se garer mérite un chapitre à lui tout seul . Comme nous le disions ci-dessus, sauf si vous avez une voiture en plaque blanche, vous devrez apprendre où vous pouvez et ne pouvez pas stationner. Dans le centre-ville, il y a trois sortes de marquage au sol: des bandes rouges et jaunes indiquant que l’espace est réservé pour le chargement et le déchargement, rouges et blanches qu’ il est interdit de se garer, bleues et blanches pour le stationnement payant. Vous pouvez vous acquitter du stationnement soit:
Guida_a_Geru

  • avec des pièces dans les parcmètres (ils acceptent les pièces de 10, 5, 2, 1, 0,5 et 0,10) jusqu’à un maximum de deux heures (11,20 NIS)
  • avec un ticket de parking obtenu à l’horodateur, ils sont généralement bien situés. Ils acceptent les mêmes pièces que les parcmètres, et indiquent au fur et à mesure que vous insérez des pièces la durée de stationnement. Une fois que vous arrivez à l’heure désirée, appuyez sur le bouton vert: vous recevrez votre ticket que vous exposerez très clairement sur le devant de votre voiture ou (comme beaucoup le font) sur la vitre du conducteur.
  • vous pouvez acheter des cartes à gratter (5,60 NIS par heure) mais elles sont un peu plus compliquées à utiliser car écrites en hébreu, il vous faudra donc demander au commerçant de vous montrer comment les utiliser. Vous ne trouverez pas toujours des magasins qui en vendent (généralement les papeteries), mais vous pouvez en acheter plusieurs et les garder dans votre voiture, au cas où vous ne trouviez pas de parcmètres (ce qui est très rare quand même).
  • la meilleure solution reste l’EasyPark, un petit boîtier de stationnement que vous pouvez acheter dans les stations essence et les bureaux de poste pour 109 NIS et que vous pouvez recharger facilement. Demandez à la personne qui vous le vend de le configurer pour le stationnement à Jérusalem (n ° 2). Il est très facile à utiliser et couvre les frais de stationnement officiels de la municipalité de Jérusalem (5,6 NIS de l’heure). Vous devrez le placer du côté du conducteur et ne pas oublier de l’éteindre une fois que vous reprendrez votre voiture – ce qui est presque impossible, car il émet un bip en permanence pour vous signaler qu’il est actif.. Vous pouvez le configurer pour deux heures maximum de stationnement.

conduire à jérusalem

Dans la banlieue ou dans certains quartiers où le parking n’est pas réglementé et où vous pouvez vous garer librement, respectez toujours les bandes rouges et bleues qui interdisent tout stationnement. Dans certains endroits, vous serez surpris par des signes menacants en hébreu qui indiquent généralement un parking réservé aux résidents ou à des cas particuliers, comme des espaces réservés aux ambulances. En cas de doute, cherchez une place de parking ailleurs. Jérusalem a beaucoup de places de stationnement privées qui sont très coûteuses. Elles peuvent aller jusqu’à 16 NIS de l’heure. A l’Est vous avez des parkings où vous payez un montant fixe pour toute la journée, l’un d’entre eux est idéalement situé en face de l’YMCA et l’Hôtel Legacy sur Naplouse Rd. Vous payez 20 NIS pour toute la journée.

Une fois que vous avez acheté votre voiture (la procédure est facile et le plus souvent effectuée par le vendeur, mais vous pouvez nous contacter en cas de besoin), vous aurez à souscrire une assurance. Il s’agit d’une assurance obligatoire en Israël et la compagnie d’assurances vous proposera alors différents forfaits pour protéger votre voiture. Voici deux compagnies d’assurance que je peux recommander:

Tubiah
Keren Kayemet 23
Rehavia
Tél. 02 5661122
Le propriétaire parle anglais

Groupe Harel
https://www.harel-group.com/
Vous pouvez parler à Sabrina, elle parle anglais, tél 02 6244776/6255503

Vous payez une redevance annuelle d’environ 1,100 NIS, mais cette somme est évidemment indicative , le montant à payer dépendra du modèle de votre véhicule et de l’âge. Habituellement, la compagnie vous appelle une fois que votre assurance est sur le point d’expirer. Très important: l’assurance ne remboursera pas en cas d’accident qui n’est pas de votre faute si vous n’avez pas un permis de conduire israélien.

En effet, vous êtes autorisé à conduire avec votre permis de conduire international ou national pendant une période de 6 mois après votre arrivée en Israël. Une fois la période terminée, vous devez obtenir un permis israélien. Selon le type de visa que vous avez, vous pourrez avoir à passer l’examen de conduite. Si vous avez un visa diplomatique ou de service, ce ne sera pas le cas et si votre bureau ne peut pas se charger de la procédure, voici ce que vous devez faire:

  • allez au ministère des Transports dans le Bâtiment Kalal sur Jaffa St. Apportez avec vous votre permis de conduire (du pays dont vous êtes originaire), votre passeport avec visa en cours et tout document d’identité israélien que vous pourriez avoir. Ils vont vérifier et photocopier les documents, et vous donneront un numéro d’enregistrement;
  • passer un test de vision. Aller chez un opticien qui effectue des tests de vue pour le permis de conduire ( à Six / Six Shop au 23, rue Ben Yehuda) avec votre numéro d’enregistrement et votre passeport. On vous délivrera un certificat après le test;
  • aller au Bureau des permis sur Pierre Street, Talpyot. Donnez-leur tous les documents (numéro d’immatriculation, certificat de l’oculiste, passeport, ID si vous en avez une, votre permis de conduire) et deux photos et ils vous délivreront un permis de conduire temporaire, que vous pourrez utiliser jusqu’à ce que votre permis de conduire israëlien soit délivré (environ deux semaines plus tard, et vous le récupèrerez à la même adresse sur Pierre Street).

Si vous avez un autre type de visa, la procédure sera la même, mais vous aurez à passer le test, et pour cela, vous devez passer par une auto-école. Vous pouvez appeler Ameer (tél. 052 2914512), qui peut s’occuper d’une partie de la procédure et faciliter l’examen pratique que vous passerez avec un moniteur israélien, mais avec la voiture d’Ameer, et après quelques leçons avec lui.

Si vous voulez louer une voiture pour les premiers jours, vous trouverez des locations sur King David Street (Sixt, Avis, Hertz et plus encore).

A l’Est, Good Luck Rent-a-car, juste à l’entrée de Cheikh Jarrah, à côté de l’Hôtel Olive Tree, tél. 02 6277033 ou Middle East Car Rental surNaplouse St,. tél. 02-6262777

Station d’essence et essence

Les stations-service sont nombreuses, aussi bien à l’est que dans la partie ouest de Jérusalem. L’essence coûte 7,6 NIS par litre. Vous pouvez demander à l’employé de remplir votre réservoir, ou le faire vous-même. Dans ce cas, vous devrez demander à ce qu’on vous débloque une pompe (ils voudront savoir comment vous allez payer – espèces ou par carte de crédit – et quel montant d’essence vous souhaitez).

Mécanique

Je ne peux pas vraiment vous aider beaucoup à ce sujet, je connais un mécanicien, mais je ne suis pas 100% satisfaite, donc je préfère ne pas vous donner le nom. Demandez autour de vous, il y en a de très bons, parfois un peu difficile àtrouver, et la langue peut être un problème. Dans Talpyot il y a beaucoup de mécaniciens et des concessions Peugeot, Toyota, etc, où les expatriés amènent leurs voitures de service (cette solution reste cependant très onéreuse).

Votre voiture devra passer un test de révision chaque année (ou tous les trois ans s’il s’agit d’un véhicule neuf). Votre mécanicien peut s’en charger, ou vous pouvez l’amener vous-même à l’endroit officiel, à Talpyot, après le rond-point avec la balle tournant sur l’eau (venant de la German Colony, vous passez ce rond-point, continuez tout droit, et vous trouverez le garage sur votre gauche, vous le reconnaîtrez car c’ est une sorte de dépôt énorme avec des voitures garées à l’extérieur). Vous avez simplement à donner au comptoir d’accueil vos papiers et de ceux de votre voiture, et à attendre. Il vous en coûtera environ 100 NIS.

Bonne conduite, et n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de plus amples renseignements ou des éclaircissements.

 

Claudiaexpat
Jérusalem
Avril 2013

Merci à Anne, à Jérusalem, pour la traduction de l’anglais

(Visited 271 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 16 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*