Home > Asie > Israël/Palestine Occupée > Elia Photo Service à Jérusalem

Traduit de l’anglais par Anne Zarella, que nous remercions

Il y a, dans le quartier chrétien de Jérusalem, un petit magasin “Elia Photo Service” dans lequel vous devez absolument vous arrêter si vous êtes dans la Ville Sainte. Ce magasin appartient à la famille arménienne Kahvedjian et c’est l’endroit idéal pour trouver des photographies de Jérusalem et de ses environs. J’ai rencontré le petit-fils de feu Elia Kahvedjian, qui était venu en Palestine durant le génocide arménien et qui avait , entre autre, commencé à prendre des photos sans se douter qu’il rassemblait ainsi le témoignage historique d’un monde qui allait être brutalement détruit dans un laps de temps très court. Voici ce qu’Elia, ainsi nommé en l’honneur de son grand-père, m’a raconté.  

Claudia landini (Claudiaexpat)
Jérusalem
Juin 2012

 

Elia pendant l'interview

Elia pendant l’interview

Mon grand-père est né à Urfa, en Turquie. Lorsqu’il avait environ cinq ans, il a perdu toute sa famille dans le génocide arménien. Il fut alors emmené, avec d’autres orphelins victimes du génocide, au Moyen-Orient, à Nazareth. Là, un de ses professeurs était photographe et mon grand-père l’accompagnait souvent, non pas pour apprendre la photographie mais pour porter les plaques. C’est ainsi qu’il prit goût à la photographie. A l’âge de 16 ans, il se rendit à Jérusalem avec neuf autres orphelins. Ils furent logés dans le quartier arménien. Il commença par être employé chez un photographe en dehors des murs, et par la suite, il ouvrit sa propre boutique qui prospéra jusqu’en 1948. A cette date, les émeutes éclatèrent et de nombreux magasins furent détruits. Heureusement pour lui, il travaillait pour l’armée britannique, développant leurs négatifs et imprimant les photos et il fut averti par un officier britannique  deux jours avant l’attaque sur Jérusalem. Ce dernier lui conseilla de tout emporter et mon grand-père remplit deux camions de l’armée avec son matériel, ses négatifs, ses photos qu’il cacha dans une cave du Quartier Arménien. Tout y resta jusqu’en 1987 lorsque mes parents décidèrent de nettoyer l’endroit et y trouvèrent tous ces négatifs, plaques etc.. Mon grand-père avait tout perdu dans les émeutes et il était reparti de rien dans un nouveau local. En 1949, il acheta la boutique où nous sommes toujours aujourd’hui. Il était photographe, peintre et musicien.

Les photos que nous vendons aujourd’hui ont été prises par mon grand-père à partir de 1924 mais aussi par d’autres photographes célèbres et certaines datent de 1860. Nous les conservons comme un témoignage historique en photos. Le magasin est devenu une sorte d’archives historiques car ces photos montrent comment les gens vivaient ici il y a soixante-dix ou quatre-vingts ans  et à quel point la vie a changé. C’est aussi pour cela que mon père Kevork a réalisé ce livre si connu dans Jérusalem aujourd’hui : Jerusalem through my father’s eyes (Jérusalem à travers les yeux de mon père). C’est une collection de photos qui montrent comment les gens vivaient, travaillaient et s’amusaient non seulement dans Jérusalem mais aussi à Tel-Aviv, Jaffa, Haifa, la Mer de Galilée et Akko, et des photos de paysages.

 

elia photo service
Notre clientèle est diversifiée : des arabes, des juifs, des diplomates, des étrangers, en fait tous ceux qui sont intéressés par des photos historiques. La particularité des photos de mon grand-père est qu’il se concentrait sur les personnes. Ceci était peu courant à l’époque car la sensibilité des pellicules était faible, rendant très difficile la prise de photos de personnages, car ils bougeaient au détriment de la photo. Mais ils choisissaient des hommes, des femmes et des enfants comme sujets et à travers ces très belles photos, vous pouvez voir ces personnes vous parler.

Nous ne vivons plus dans le quartier arménien  aujourd’hui. J’y ai vécu enfant mais je suis heureux maintenant d’être hors des murs. Le quartier arménien est très peuplé et toutes les maisons sont reliées entre elles, ne permettant aucune intimité. La population arménienne s’élevait à 40,000 individus mais il en reste à peine  2,000 à ce jour. Beaucoup ont émigré aux Etats-Unis, Canada et Australie. La situation ici est très difficile pour tous, même si je peux vous assurer que les Arméniens sont vraiment neutres. Nous sommes une famille de photographes et c’est tout ce qui nous intéresse. Je prends des photos et mon fils de 4 ans a déjà un appareil-photos. Ce n’est pas une profession, c’est toute notre vie.

Note : vous trouverez Elias Photo Service derrière le Saint Sépulcre à Jérusalem. Empruntez les escaliers qui mènent à la Mosquée d’Omar et en haut des marches, prenez à droite dans la rue et tournez à gauche dans la deuxième rue. Si vous êtes perdu, demandez votre chemin – tout le monde connaît la boutique!
Si vous souhaitez acheter le magnifique livre “Jérusalem à travers les yeux  de mon père”, achetez-le dans le magasin (Kevork, le fils d’Elias, vous le dédicacera) : ne l’achetez pas ailleurs car il a été piraté en vendu sans autorisation.

 

 

 

 

 

(Visited 204 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 16 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*