Home > Europe > Allemagne > J’ai survécu à Khartoum… et à Berlin!
khartoum

Merci à Anne, à Jérusalem, pour la traduction de l’anglais!

Silviaexpat partage deux experiences de “survie”, dans deux pays très différents…

Survivre dans un nouveau pays d’accueil: c’est quelque chose qui ne m’était jamais arrivé avant Khartoum.

J’étais toujours tombée amoureuse des pays où nous débarquions – leur climat, leurs odeurs, leurs couleurs, leurs paysages. Survivre était quelque chose que je ne connaissais pas.
Surviving khartoum

Quand nous avons survolé le Soudan, en regardant cette ligne verte qui traverse le désert, le Nil, j’avais senti une excitation intense, alors que notre nouvelle aventure commençait. Et cette même excitation était là les premiers jours – ces jours magiques où tout est une découverte, lorsque les émotions disparaissent en quelques heures à moins de les avoir capturées en mots ou en images. Mais alors, que les semaines passaient, l’excitation est devenue curiosité, puis intérêt, puis petits plaisirs et finalement besoins de base.

La situation politique n’était pas la meilleure à l’époque. Le président Bashir venait d’être condamné pour «crimes contre l’humanité» par la Cour pénale internationale et les représailles contre les organisations internationales commençaient. Les expatriés locaux en subissaient les conséquences, avec des expulsions, le retrait des visas et la bureaucratie dans toute son horreur.

Alors ce malaise nous est tombé dessus, enfermés à la maison pour des raisons de sécurité, aucune nouvelle de notre déménagement coincé quelque part à Port-Soudan – dans l’attente d’un timbre qui ne viendrait pas pendant des mois. Ce malaise m’a frappée fortement. Pas d’amis, mon mari au travail, ma fille – heureusement, Dieu merci! – à l’école, le chat endormi presque toute la journée, je me sentais perdue comme jamais auparavant.

J’avais acheté une voiture, mais les documents n’avaient pas encore été officiellement acceptés par les autorités compétentes, j’en ai donc finalement loué une. J’ai conduit autour de Khartoum, sous les avions énormes qui se posaient sur le tarmac de sable, la musique rock à plein régime, lunettes noires contre la lumière et la poussière, dans un état de blues mélancolique, rêvant du Pakistan ou des Balkans.

Seule dans la ville et ses humeurs, je me suis retrouvée face à un dilemme injuste émotionnel: une partie de moi aimait Khartoum et le Soudan, l’autre haïssait la solitude qui l’accompagnait. Il allait me falloir des mois avant de rencontrer quelques femmes gentilles et intelligentes, et des mois avant de récupérer les cartons qui contenaient nos vies. Plusieurs mois encore avant de conduire notre propre Jeep. Et plus encore avant de me sentir reliée à cette ville, bien que le lien restât fragile et incertain jusqu’à la fin.

Ce qui ne tarda pas à arriver. Seulement 12 mois après mon premier atterrissage à Khartoum, je quittais déjà le désert du Sahara, destination la Tanzanie.

Je me souviens souvent de Khartoum comme une vague idée de mon passé qui va de pair avec une pincée de nostalgie et j’aime à penser à cette ville comme un amour raté: je savais qu’il y avait les bases d’une relation merveilleuse. Et pourtant, trop d’obstacles sont intervenus, trop de raisons personnelles me bloquaient.

J’aime à penser maintenant que c’est cette possibilité d’amour qui m’a aidée à survivre là-bas et qui flotte encore sur le Nil Blanc et sur la vieille ville de Khartoum.

Surviving Berlin

Surviving Berlin

Survivre en Allemagne peut se révéler parfois être aussi dur que survivre au Soudan.

Eh bien, oui, si un jour vous recevez une lettre A4 longue pleine de termes juridiques et de mots composés plus longs que ceux utilisés quotidiennement, vous regrettez certains aspects d’une vie plus simple à Khartoum…

Ou du moins, c’est ce que je pensais ce jour-là, quand après avoir parcouru les 12 pages, j’ai découvert de quoi il s’agissait: 956€ à payer par l’intermédiaire d’ un cabinet d’avocats inconnu à la Warner Bros.Ltd pour avoir téléchargé un film à partir sur Internet.

Je veux dire… 956€ pour un film? Voyons! J’ai téléchargé des centaines de films pratiquement partout dans le monde, vieux et nouveaux, en couleurs et n / b, des films pour enfants, comédies, drames, suspense et fanta, et tout à coup, à Berlin, je dois payer une telle somme pour un film allemand???

Eh bien, le fait est que c’est la zone grise de l’Internet, et pas seulement en Allemagne. Le téléchargement, le partage et le P2P tout semble être flou au regard de la loi. Oui, il est illégal de télécharger un film, mais pas si vous le regardez dans l’intimité de votre maison. Noooon, dit quelqu’un d’autre, le problème n’est pas downloading, mais le téléchargement. Et ainsi de suite.

Toutefois, pour moi, avouons-le, le problème n’était pas vraiment la partie technique mais la langue, l’allemand! Et le fait est est que, si vous êtes nouveau dans ce pays et ne connaissez pas d’avocat- l’étape suivante serait d’aller à la banque et envoyer un chèque de 950€ au cabinet d’avocats & Co. Oui, bien sûr, vous trouverez beaucoup d’informations sur Internet en googlant le nom de ce cabinet d’avocats. Mais que faire si c’est TOUT en allemand??? Bien sûr, vous pouvez avoir recours à Google Translate, mais… ce n’est pas évident de comprendre ce qui se passe. Non, non. Un autre ami a suggéré d’aller dans un cabinet juridique juste à côté. Bien sûr, ai-je pensé, je vais descendre et dire «Morgen! Ich hab ‘un problème ne klein mit à Internet, können Sie bitte mir helfen?» (Bonjour, j’ai un petit problème avec Internet, pouvez-vous m’aider?). Non, ce n’est pas l’Italie, c’est l’Allemagne, ça ne fonctionne pas comme ça. Et si vous décidez de prendre un avocat, vous feriez mieux de vérifier votre vocabulaire et peut-être de prendre un dictionnaire avec vous et peut-être un petit sac avec des sous-vêtements et des articles de toilette, au cas où vous disiez quelque chose de vraiment stupide et que l’emprisonnement soit ce qui vous arrive… !

Pas vraiment, non. Mais tout de même, c’est le pays de la loi et des règles et vous vous retrouvez dans un problème, seul dans un jeu complexe où, apparemment, tout le monde gagne quelque chose (le cabinet d’avocats peut-être vos 950€), sauf vous. Alors, direz-vous, que faire? Eh bien, j’ai finalement obtenu de l’aide, quand j’ai découvert qu’un ami allemand de quelques autres amis allemands avaient reçu la même lettre, du même cabinet d’avocats et qu’il avait alors consulté un avocat spécialisé dans ce domaine (Internet bas / upload) qui l’avait aidé pour simplement 125€.

Comment le dire? J’ai presque embrassé les pieds de cet ami de mes amis, qui avaient, par inadvertance, dégagéle chemin de ma propre absolution! J’ai contacté l’avocat -qui avait appris un peu d’anglais-, je lui ai donné ma documentation, j’ai payé le montant demandé et j’ai attendu. J’attends toujours en fait, mais apparemment c’est normal. Et je me sens, pour le moment, en sécurité. Du cabinet d’avocats, mais aussi dans ce pays où, en raison de la barrière linguistique, je me suis senti complètement seule et perdue pendant 48 heures.

 

Silviaexpat
Berlin, Allemagne
Mars 2013

(Visited 14 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 15 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*