Home > Asie > Emirates Arabes Unis > Un salon de coiffure à Abu Dhabi – la suite

Nour remercions Laurence, qui revient aujourd’hui nous raconter comment ont évolu les choses pour le salon de coiffure qu’elle et son mari Gilles ont ouvert à Abu Dhabi en Dècembre 2000. Une histoire passionante!

 

coiffeur à abu dhabiBonjour à tous nos amis expatriés du monde entier! C’est avec grand plaisir que nous revenons vous donnez de nos nouvelles de notre salon de coiffure à Abu Dhabi.

Tout d’abord un grand merci à tous ceux qui suite à la lecture de notre histoire sur le site Expatclic.com, soit de passage à Abu Dhabi ou fraichement installés, sont venus nous rendre visite, d’autres même nous ont cherché et essayé de nous contacter car depuis, nous avons quittés l’hôtel Intercontinental et donc voici les dernières nouvelles:

pour ceux qui ne connaissent pas encore notre histoire, elle remonte à plus de 10 ans, racontant notre expatriation dans les Emirats Arabes Unis et plus périlleux notre installation en tant qu’artisan indépendant seul coiffeur français établi dans l’émirat d’Abu Dhabi.

Voici donc la suite :

Entre le premier jour de notre arrivée, 15/12/2000, et maintenant, 13 années se sont écoulées, nos enfants ont quitté le nid familial l’un après l’autre et sont repartis vivre leur vie en France. Leur départ a été aussi une étape dans notre vie d’expatriés, étape obligée dans la vie de parents mais qui du au fait de l’éloignement avec la France se passe beaucoup plus tôt que si nous étions resté dans notre pays car après le BAC, la suite des études se passent en France.

Il nous a donc  fallu apprendre à vivre loin de nos enfants; cela nous a pris un peu de temps mais quand on vit loin de son pays il faut savoir s’adapter à chaque situation. Il a fallu faire des sacrifices de part et d’autre, et nous savons avec le recul, que la période d’adaptation des enfants en France a été difficile à gérer plus certainement pour eux, des moments de spleen et de solitude très souvent, vivre seul du jour au lendemain et prendre sa vie en main, gérer sa maison, toute l’intendance, plus courses, cuisine et ménage, les études et le budget.

Nous avions négligé ce passage obligé dans notre parcours de vie en quittant la France, et nous en profitons pour les féliciter, sachant qu’ils ne se sont jamais plaints et ont assumé leur vie de jeunes étudiants. Heureusement la famille parisienne était aussi présente et d’un grand secours moral et affectif. De notre côté aussi nous avons pris de l’âge, les enfants ont maintenant 25 et 29 ans, nous avons une belle fille adorable et sommes grands parents très fiers d’un petit Lucas qui aura un an le 17 Octobre et nous sommes toujours là, à Abu Dhabi, mais dans un autre hôtel.

Pourquoi ?

Là recommence la suite de notre histoire:

coiffeur ad2Pas facile de vivre dans un pays étranger surtout sans contrat d’expatriation mais livré à vous-même, vous devez tout assumer et tout affronter, les lois d’un pays à l’autre sont tellement diverses et particulièrement dans les pays du Golfe, il n y a aucune protection pour les travailleurs indépendants.

Pays en pleine mutation mais qui subit aussi la crise internationale, ouvert sur le monde mais dont les activités principales et le business tournent essentiellement autour du gaz et du pétrole et toutes ses activités dérivées annexes.

Repartons en Octobre 2005, notre salon de coiffure et d’esthétique est situé dans un des plus beaux hôtels de la ville (à cette époque), l’ntercontinental, hôtel 5 étoiles et aussi hôtel du gouvernement, hôtel du protocole (toujours à cette époque).

Nous recevons un courrier du management de l’hôtel,  la direction de l’hôtel nous annonce qu’il va fermer pour être rénové et que les travaux dureraient 12 mois et donc qu’au 15 avril 2006, tout le monde devrait quitter l’hôtel. Ce qui veut dire que tous les outlets doivent fermer et tous les clients résidents doivent se loger ailleurs.

C’est un choc !

 

Gros coup dur pour nous qui avons investi financièrement en Décembre 2000, qui avons déjà subit la crise de l’après 11 Septembre, plus le ralentissement de l’activité économique mondiale qui s’est fait ressentir même dans les Emirats  et qui enfin  commençons à voir notre travail et notre investissement personnel auprès de notre clientèle porter ces fruits.

Et être en couple dans la profession est un plus, nous nous complétons et nous soutenons tant au niveau de nos compétences que de notre motivation pour être présents dans un pays arabe où les coiffeurs libanais règnent en maître sur ce petit monde de la beauté. Pas facile de se faire une place et un nom, mais le soleil brille pour tout le monde.

Nous sommes bien connu en ville, seuls coiffeurs français installés à Abu Dhabi et le bouche à oreilles plus le téléphone arabe (un peu d’humour) fonctionnent bien, et la clientèle touristique de l’hôtel nous permet de combler les périodes creuses, celles où les expats rentrent dans leur pays.

Encore une épreuve à surmonter.

Nous devons prendre des décisions concernant notre avenir ici.

coiffeur ad3Où aller? Comment faire sachant que nous quittons cet endroit sans aucun dédommagement, donc avec une perte financière. Ce qu’il nous reste c’est notre clientèle qui espérons-le, nous suivra si nous trouvons un autre emplacement en ville, sachant que cela ne peut se faire que dans un autre hôtel car les lois islamiques de ce pays interdisent aux hommes coiffeurs pour dames à exercer ailleurs que dans un hôtel international donc travaillant en couple, notre réouverture se fera dans un hôtel ou ne se fera pas !

Nous avions à notre arrivée dans l’hôtel fait des grands travaux de rénovation et nous allons perdre toute l’installation que nous avions financée, la totalité du décor et des éléments fixes, nous ne pouvons que reprendre notre mobilier et notre matériel, c’est une grosse perte financière pour nous, pour nous motiver nous devons  considérer que nous avons amorti en partie nos investissements, qui datent de 5 ans ½. C’est pour nous une façon de voir les choses et de rester positif car nous ne recevrons aucun dédommagement financier de la part de l’hôtel car dans ce pays nous ne sommes pas propriétaires de notre fonds de commerce, mais  seulement locataires d’une concession renouvelable annuellement.

Quoi faire ? Partir ou rester? Et où aller? Et où trouver les financements pour se réinstaller?

Le secteur bancaire aux Emirats Arabes Unis n’est pas disposé à financer des activités dont le chiffre d’affaire est inférieur à plusieurs millions de dollars. Tout au long de ces années ici, cela aura été notre principal souci et obstacle pour même envisager de développer notre activité et ouvrir d’autres salons car financièrement nous ne sommes pas assez solides, notre cash-flow reste insuffisant pour autofinancer sans crédit bancaire un quelconque projet professionnel.

Heureusement , Jean-Pierre et Jacqueline sont là !

Car seuls à l’étranger en travailleurs indépendants, sans protection et sans filet, vraiment la famille est d’un grand secours.

Vous vous souvenez d’eux, notre famille, nos parents de cœur, nos amis, nos confidents et notre soutien de chaque instant. Ils sont toujours là, vivant à Abu Dhabi depuis 33 ans, autant dire qu’ils connaissent tous les méandres de la vie économique et sociale de ce pays.

Réunion de famille indispensable.

Nous décidons de nous accrocher, de ne pas renoncer après seulement 5 ans déjà passés dans ce pays, on ne peut pas tout quitter du jour au lendemain et rentrer en France, ils nous faut réagir vite, donc trouver un nouvel hôtel et s’y installer rapidement car au 15 avril 2006 nous devons avoir quitté l’Intercontinental.
Avec l’aide de la famille qui a beaucoup de contacts ici nous commençons à prospecter et aussi à nous inquiéter du financement et déjà, là c’est un problème, nous le savions dés le début, notre activité trop petite par le chiffre d’affaire qu’elle dégage ne nous permet pas d’envisager un quelconque financement bancaire; déjà nous sommes confrontés à notre besoin de financement indispensable au rachat d’un fonds de commerce existant, donc encore une fois réunion de famille et proposition nous est faîte d’un financement sous forme d’un prêt familial sur l’honneur échelonné sur 3 ans.

Nous continuons nos recherches. Après 3 mois de prospection il se trouve que certains salons de coiffure situés bien évidemment dans des hôtels sachant que les français de l’Intercontinental cherchait  à se déplacer, soudainement sont à vendre, (le téléphone arabe se met à fonctionner vitesse grand V). On nous fait des propositions, certaines exorbitantes, évidemment ils savent que nous avons le couteau sous la gorge mais malgré tout il nous faut garder la tête froide et notre budget n’est pas illimité.

D’autres propositions plus raisonnables attirent notre attention et notamment un salon situé dans un hôtel français plein centre-ville qui depuis 30 ans a toujours été tenu par des français et qui dernièrement a été repris  par une compatriote suisse marié à un émirien. Le salon est plus grand que celui que nous avions, mais dans un état déplorable, donc possibilité de négocier le prix; c’est un  bon emplacement, point très positif, bien connu de la communauté francophones, l’hôtel draine dans ses restaurants et plus particulièrement au Beaujolais, meilleur restaurant français d’Abu Dhabi, une clientèle très fidèle.

Mais le salon tourne au ralenti, donc possibilité de négocier. Nous sommes persuadés que nous réussirons à remonter cette affaire et nous savons que nos clientes nous suivrons.

Nous décidons sans tarder de prendre contact avec les propriétaires et le manager de l’hôtel n’est pas contre l’idée de nous voir reprendre en main le salon et nous aide pour le premier contact.

Rendez-vous pris, commençons les négociations, faisons malgré tout une demande de prêt bancaire refusée avant d’office, la  banque c’est définitivement peine perdu pour notre projet, pas de financement pour les artisans indépendants donc heureusement le prêt familial nous sauve la vie.

Le temps que toutes les démarches, semées de très nombreuses embûches inhérentes au monde arabe, et que les  négociations se fassent, nous sommes déjà en mars 2006 et le 15 avril nous devons quitter l’Intercontinental. Il nous faut établir un planning car nous ne pouvons pas fermer et rester sans  activité et risquer de perdre des clientes donc, les dés sont jetés, il nous faut signer, prendre possession des lieux, refaire tous les travaux du salon, et aussi reprendre avec nous en attendant la réouverture le coiffeur du Novotel pour qu’il puisse continuer à recevoir ses clientes et lui aussi ne pas les perdre.

coiffeur à abu dhabiNous ne prenons possession des lieux que le 1er avril mais depuis 1 mois  heureusement les anciens propriétaires ont accepté de nous laisser venir quand nous le souhaitions au salon, voir des entreprises et faire des devis et commander les matériaux; il nous faut aussi prévoir le déménagement de tout notre mobilier d’un point à l’autre de la ville.

Quand j’y pense maintenant en vous racontant tout cet épisode je ne sais vraiment pas comment nous avons réussi à gérer cette crise, acheter le salon officiellement clé en main le 1 avril, fermer le salon du Novotel, transférer le coiffeur et sa clientèle le 1 er avril à l’Intercontinental avec nous, moi pendant 15 jours je suis restée au Novotel pour gérer les travaux tout en  commençant  à prendre les rendez-vous des clientes qui viendraient à partir du 15. Pendant ce temps au salon Gilles et son équipe plus le nouveau coiffeur recevaient la clientèle et préparaientt déjà notre départ. Le 14 au soir nous avons fermé définitivement le salon de l’Intercontinental.

Petite parenthèse émotion

5 an ½ de notre vie dans ce magnifique hôtel, c’est les larmes aux yeux que nous nous retrouvons sur le parking de l’hôtel avec les résidents permanents, la majorité  sont nos clientes, des adieux et des au-revoir très émouvants, une page de vie qui se tourne ici même, nous sommes le 15 avril 2006, il est 20h00. Souvenirs inoubliables et beaucoup de nostalgie en vous écrivant … encore maintenant nous sommes en contact avec  ces clientes de nos débuts et c’est toujours avec la même émotion que nous nous remémorons ces années. Certaines sont ici, toujours fidèles clientes et amies, d’autres sont repartis dans leur pays d’origine.

Le lendemain matin nous revenons avec un camion pour le déménagement de tout le matériel, cela durera toute la matinée et ce même jour à 13h00  réinstallation au 4éme étage du Novotel centre hôtel d’Abu Dhabi.

Je me souviens de ce jour-là, un dimanche de Pâques, 16 avril 2006, notre voisin sur le même étage coiffeur pour homme, un libanais, est, lui, fermé pour célébrer les fêtes de Pâques en famille et il nous a gentiment laissé les clés de son salon pour pouvoir accueillir nos clientes en attendant notre installation définitive car pays arabe oblige, les ouvriers qui devaient être présents pour effectuer le branchement de nos bacs lave-tête ne sont pas venus, ce sera pour le lendemain…Mais nous utilisons le salon de coiffure pour hommes pour quelques jours.

Toute l’équipe est heureuse de découvrir les nouveaux locaux rénovés au mieux dans un laps de temps minimum et voilà une nouvelle aventure qui commence.

Aujourd’hui donc, l’hôtel Novotel  a changé de nom mais nous sommes toujours là au même endroit.

Mercure hôtel 4ème étage sur Hamdan Street en plein centre-ville

Nous sommes une équipe de 6 personnes et offrons à notre clientèle les services suivants: coiffure, esthétique, soin du visage, soin du corps, beauté des mains et des pieds, comme toujours nous ne travaillons qu’avec des marques et produits cosmétiques français. Notre clientèle est toujours constituée en majorité d’expats de toutes nationalités.

Nous remercions toutes nos fidèles clientes à cette époque de nous avoir fait confiance et de nous avoir suivi dans notre nouvel emplacement, ce fut pour nous une épreuve et un challenge réussi, 99 % de nos clientes nous ont suivi, même si malheureusement nous avons perdu tout la clientèle touristique, le Mercure situé plein centre mais sans plage ni accès à la mer, est  plus destiné à une clientèle masculine pour des séjours de courte durée plus  professionnels que de loisirs.

Le pays continue sa course au développement économique de façon frénétique, et on compte maintenant sur l’émirat d’Abu Dhabi  plus de 180 hôtels et il y a plus de 1600 salons de coiffure répertoriés entre les salons ouverts dans les hôtels et ceux exclusivement féminins où les hommes n’ont pas de droit d’entrée donc en buildings où en villa.

La concurrence est rude, notre hôtel est vieillissant et les hôtels 5 étoiles flambants neufs dotés de SPA, parmi les plus beaux du monde fleurissent démesurément, le nombre de  Malls, centres commerciaux, a quadruplé, ils poussent comme des champignons, la population a augmenté mais s’est déplacée du centre-ville vers l’extérieur d’Abu Dhabi jusqu‘aux portes de Dubai, où les logements sont  moins chers qu’en centre-ville et organisés en compound, lotissements sécurisés et dotés de tous les équipements nécessaires à la vie des familles sur place.

Mais nous résistons, Gilles et moi, sommes toujours présents, toujours le seul coiffeur français d’Abu Dhabi, fier de pouvoir valoriser le savoir-faire français à l’étranger et essayer qu’il perdure en le transmettant aussi à notre équipe.

Remerciement à :

En premier, nos enfants, les amours de notre vie, Nicolas et Mathieu que nous avons entrainé dans notre aventure semée d’embuches, de découvertes de joie et de désarroi quelquefois mais qui sont toujours restés nos plus fidèles supporters,  nous espérons leur avoir permis de vivre une expérience particulière, qu’ils nous pardonnent de vivre loin d’eux, et qu’ils sachent qu’ils nous manquent.

Jean-Pierre et Jacqueline, sans qui  rien n’aurait été possible, leur soutien, leur écoute, leur amour et leur présence de chaque instant.

A toute l’équipe bénévoles des femmes francophones, appelé maintenant Abu Dhabi Accueil, qui nous ont permis de nous faire connaitre auprès de toute la communauté francophone, merci de leur soutien.

Plein d’autres remerciements à tous ceux qui ont croisé notre route que nous avons peut être oublié de nommer mais qui sont dans nos cœurs.

13 ans après, notre aventure continue, que nous réservera l’avenir ?

A suivre sur le site peut-être un jour prochain !

Venez nous rendre visite du samedi au jeudi, si vous passez par là, en vacances, ou en visite, pour un rendez-vous coiffure et beauté, ou pour faire connaissance et boire un café, feuilleter des magazines français, vous serez toujours les bienvenus.

Gilles et Laurence Poplimont

coiffeur ad8

 

coiffeur ad7

 

(Visited 1 051 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 16 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commenti
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires