Home > Asie > Turquie > Une carte postale d’Istanbul
Sainte-Sophie

Claudiaexpat nous envoie une carte postale d’Istanbul

Le quartier de Sultanhamet

Le quartier de Sultanhamet

J’ai visité Istanbul en 2011 pendant quelques jours, et j’ai adoré. Cette année, je suis retournée pour cinq jours intenses, et à l’occasion de cette mise à jour sur les vacances à l’étranger, je suis heureuse de vous donner quelques conseils et informations.

Commençons par les aéroports. Istanbul en a deux, l’aéroport international  Ataturk (http://www.ataturkairportshuttles.com/) et Sabiha Gokcen (http://www.sgairport.com/). J’ai atterri dans les deux et je peux vous assurer que le trafic est un vrai problème que  vous devez toujours prendre en compte, peu importe où vous arrivez. La deuxième fois  j’ai atterri à Sabiha, et je me suis rendue en  ville sans problème majeur parce que mon vol arrivait à 6h30. Pour arriver à Sultanahmet j’ai pris un bus jusqu’à Kadikoy (10 Lires), un ferry jusqu’à à Eminönü (5 Lires), et j’ai fini en taxi (20 lires).

Où loger: A chaque visite, je logeais à Sultanahmet, où se trouvent la Mosquée Bleue et Sainte-Sophie. Cette zone est remplie de touristes, mais très agréable, avec un grand choix d’hôtels bon marché, des restaurants et des choses à faire et voir. Les hôtels que j’ai essayés sont:

Hôtel Ararat: l’un des plus proches de la Mosquée bleue, on a l’impression de la toucher de la terrasse. Un hôtel simple, assez propre, certaines chambres sont vraiment belles, un espace commun pour le petit déjeuner et une petite terrasse (tous les hôtels disposent d’une terrasse), avec une connexion PC et Inetrnet.

Hôtel Agora: j’ai préféré celui-ci. Le personnel est formidable, les chambres sont correctes, chacun avec un PC et des connexions, à l’exception de la suite. Belle terrasse avec vue sur le Bosphore et la Mosquée Bleue. Si vous choisissez celui-ci, n’acceptez pas la chambre du rez de chaussée près de la réception car elle est extrêmement bruyante (c’est une rue très fréquentée). Toutes les autres chambres sont bien:.

Dans Sultanahmet, il y a de nombreux hôtels et maisons d’hôtes, de qualité  plus ou moins semblable: petites chambres, une terrasse avec  vue (le matin, tout le monde déjeune ensemble, vous avez une vue sur les autres terrasses, c’ est très agréable), l’accueil y est chaleureux.

Sainte-Sophie

Sainte-Sophie

Comment se déplacer:

  • J’ai trouvé le tram très pratique. Il passe régulièrement, sur des voies préférentielles, et dessert  très bien les lieux touristiques les plus intéressants d’Istanbul (par exemple, il vous emmène de Sultanahmet à Eminönü, où se trouve le Grand Bazar, ou à Galata). Vous pouvez monter dans le tram avec un jeton (jeton) que vous achetez dans les machines situées à chaque arrêt de tram. Il  coûte 3 Lires, vous pouvez payer soit avec des pièces (1 Lira, 50 o 25 cents), soit avec un billet (20 ou 50), la machine rend la monnaie. Vous pouvez ensuite insérer le jeton dans la barre d’accès de la zone des passagers.
  • L’autobus risque de rester coincé dans le trafic, mais pour de longs trajets , surtout si vous allez vers la banlieue, ça reste une bonne solution. Encore une fois, vous achetez le billet à la machine et vous le montrez au chauffeur.
  • Vous pouvez également prendre un des nombreux taxis. Ils sont, cependant, assez chers, et nous revenons au problème de la circulation, ils sont souvent coincés dans le trafic, et vous vous déplacerez plus vite à pied. Si vous prenez un taxi, vous pouvez demander qu’ils enclenchent le compteur, mais ils préfèrent généralement se mettre d’accord sur un tarif à l’avance – renseignez-vous auprès de votre hôtel sur les tarifs approximatifs.
  • Les Ferries: Ils sont confortables, bon marché, et évitent les bouchons!
La Mosquée Bleue

La Mosquée Bleue

Restaurants: apparemment on mange bien à Istanbul. J’ai eu de très bonnes expériences dans les petits restaurants  de kebab hors des circuits  touristiques: très bonne viande et de délicieuses soupes, à essayer absolument. Prix bas.

Dans Sultanahmet il y a beaucoup de restaurants, et ils semblent tous être bons. Parmi ceux que j’ai essayé: Doy Doy (très bon, http://www.doydoy-restaurant.com/) et Sarniç (http://www.sarnicrestaurant.com/it/index.jsp), celui-ci est  plutôt cher mais vaut  vraiment la peine: très bonne cuisine, une atmosphère enchantée, et les serveurs sont fantastiques! C’est dans une ancienne citerne.

Sur le front de mer de Sultanahmet, ce sont restaurants après restaurants, ceux en face de la mer sont plus pour les touristes, la population locale va dans ceux qui font face à la rue et j’ai entendu dire que ce  sont les meilleurs. Cependant, j’ai très bien mangé même dans les restaurants pour touristes (très bon poisson!)

Que voir: La liste est longue, et j’ai quitté Istanbul sans voir tout ce que je voulais. Je ne parle que de ce que j’ai réussi à faire, mais il y a beaucoup plus à découvrir dans cette charmante ville.

Tout d’abord, le quartier de Sultanahmet, surtout dans sa partie ancienne, est vraiment magnifique. Prenez votre temps pour visiter la Mosquée bleue (http://www.sultanahmetcami.org/), elle est vraiment charmante (entrée libre). Il y a beaucoup de mosquées à Istanbul, mais celui-ci est d’une beauté incomparable. Aya Sofia (http://www.hagiasophia.com/) est une église deconsacrée qui héberge aujourd’hui un musée. Un lieu troublant (à mon avis) qui conserve des traces de toutes les religions qui y sont passées (grec-orthodoxe, catholique, musulmane). Merveilleuses mosaïques. Entrée avec ticket. Après Aya Sofia, ne manquez pas sa citerne (Yerebatan Sarnici, http://www.yerebatan.com/), l’un des endroits qui m’ont le plus captivée à Istanbul: c’est une énorme citerne byzantine dont le toit est soutenu par 336 colonnes en marbre sur 12 rangées. Un endroit absolument magique.

Istanbul11Le palais de Topkapi (Topkapı Saray, http://www.topkapisarayi.gov.tr/) mérite certainement une visite, mais attention si vous allez en haute saison: en raison du nombre très élevé de touristes, vous risquez de ne pas être en mesure de l’apprécier pleinement, en particulier les salles d’expositions. Quoi qu’il en soit, il est aussi agréable de se promener dans ses jardins.

Si vous allez vers la mer, ne manquez pas la petite Aya Sofia, une petite mosquée beaucoup moins chaotique que son homonyme, où vous pourrez apprécier paisiblement toutes les décorations. Continuez en direction de la mer, en traversant les rues étroites avec leurs maisons typiques en bois, et faites une promenade en observant la vraie vie locale. Si vous y allez au cours du week-end, surtout à partir du milieu de l’après-midi, vous verrez comment la population locale profite d’un jour de repos, en se baignant dans une mer à la couleur douteuse, avec un barbecue sur la pelouse, ou jouant au  ballon .

Gran Bazar et le Marché aux épicesIstanbul6

Je n’ai pas autant aimé le premier que je l’imaginais. J’adore les marchés, et je m’attendais à y trouver une atmosphère plus antique, plus authentique et moins tournée vers les touristes. L’ensemble de la zone à l’extérieur du marché couvert est intéressant, avec des magasins, des personnes et des marchandises qui se mélangent frénétiquement. Le Spice Market est plus agréable et plein de couleurs (et les gens! Essayez de ne pas aller à l’heure de pointe, sinon la visite sera presque impossible!). Les prix sont élevés.

Galata et Istiklal Caddesi

Un coin caché de Istiklal Caddesi

Un coin caché de Istiklal Caddesi

Avant de monter à la Tour de Galata (http://www.galatatower.net/english/), je vous suggère de profiter de l’atmosphère du pont de Galata, avec les pêcheurs très proches les uns des autres et tous les restaurants en bas, où on l’impression de revenir dans les années 70. Ensuite, allez vers la tour, vous pouvez monter à pied ou prendre le tram pour traverser le tunnel, ce qui vous amène au début de Istiklal Caddesi, où vous pourrez descendre et visiter le  quartier de Galata (très mignon, avec boutiques originales) et arriver à la place avec  la tour, haut lieu de la ville. Ne manquez pas la promenade le long de l’Istiklal Caddesi, car c’est une véritable expérience. Cette rue piétonne dans le quartier de Beyoglu est tout un monde. Vous trouverez des bâtiments allant de la période ottomane jusqu’au début de la république turque, et beaucoup d’art déco, de vieilles boulangeries, magasins de toutes sortes, de la musique et des animations de rue, des petites ruelles à l’ancienne avec des restaurants, des petits endroits qui vous transporteront littéralement dans un autre monde, des églises de toutes les religions, et plusieurs consulats et ambassades. Si vous allez jusqu’en bas, vous arrivez à Taksim Square.

Les quartiers de Balat, Fener et Fatih

Istanbul4Ces quartiers ont été une  grande surprise pour moi, et je vous prie de ne pas quitter Istanbul sans visiter au moins un. Nous avons visité Balat et Fener en une demi-journée, et  consacré un après-midi à Fatih. Tous sont sans doute les quartiers les plus typiques d’Istanbul, avec leur mélange étonnant d’histoire, de cultures et de traditions. Balat est celui que j’ai le plus apprécié – peut-être parce qu’il ressemble beaucoup à certains quartiers de Naples. C’est un dédale de rues étroites où la vie de quartier est visible sur mille choses, des vêtements suspendus à sécher d’une maison à l’autre, les enfants qui jouent dans les rues, les commerçants qui étalent leurs marchandises. Certaines maisons sont d’une beauté saisissante – certaines en partie rénovées, certaines complètement délabrées, mais toutes particulières, témoin de la succession des personnes et des époques. Dans la partie la plus conservatrice de Balat (s’habiller correctement), juste après l’énorme complexe rouge de l’École du Patriarcat, vous trouverez la mosquée principale, près de la mosquée des Roses, avec une vue imprenable sur le pont de Galata. Fener est très similaire, même si d’une certaine manière plus moderne et abrite le merveilleux Fetyihe Camii, une église construite en 1292, et un must absolu si vous aimez les fresques, un vrai bijou. Pour arriver à Balat, prendre le bus n ° 99 à Eminönü et descendre à l’arrêt Balat (il est indiqué sur l’écran dans le bus). Près de l’arrêt de bus vous trouverez un bar très agréable, Afilli Cezve (http://afillicezve.com), où vous pouvez vous arrêter pour un café et pour demander le  chemin de la Synagogue, qui est un point très central. Le problème dans ces quartiers, en effet, est que vous pouvez facilement vous perdre, et il est impossible de compter sur les indications des gens, car personne ne parle anglais (à moins, bien sûr, de parler turc!).

Maison à Balat

Maison à Balat

The Fatih MosqueFatih est un autre charmant quartier qui se développe autour de la grande mosquée de Fatih (très belle). Avant de la  visiter, je vous suggère de faire un tour à la Malta Carsi (marché), une rue très typique avec toutes sortes de commerces, et heureusement hors du circuit touristique, où vous pourrez observer la vie locale authentique. Après la visite de la mosquée, vous pouvez continuer en direction de Molla Zeyrek Camii. Cette mosquée byzantine est actuellement (Juin 2013) en cours de rénovation, mais le chemin pour y arriver est intéressant car il vous emmène dans les rues les plus typiques, avec les maisons les plus délabrées que vous puissiez imaginer (et des scènes plutôt intéressantes de la vie locale). Une fois que vous atteignez la mosquée, cherchez à droite de l’entrée du restaurant Zeyerkhane (http://www.zeyerkhane.com). C’est comme entrer dans un club privé où vous vous attendez à voir un homme avec un club de golf. Un restaurant luxueux avec pelouses et serveurs en uniforme, contrastant profondément avec l’environnement, mais qui mérite une visite en raison de sa vue imprenable sur Galata et la mosquée Sultanahmet. Vous n’avez pas nécessairement besoin de manger, vous pouvez simplement prendre un verre de vin ou une tasse de thé.FatihFatih

Iles du Prince

C’est une très belle excursion d’une journée. Prenez un ferry à Eminönü (5 livres, vous achetez le jeton à la machine, comme pour le tram), qui va dans  les cinq îles. Nous sommes descendus à la cinquième, Büyükada, qui est la plus fréquentée, mais sur le chemin du retour nous nous sommes arrêtés à la précédente. Les plages étaient fermées, mais en haute saison, il semble possible de passer un peu de temps à la mer. Nous avons trouvé un très joli coin dans l’avant-dernière île, avec une vue spectaculaire sur Istanbul, et les mouettes et les cormorans qui sont venus à moins d’un mètre de nous. La dernière île, Büyükada, est intéressante pour l’ architecture de ses vieilles maisons en bois, et il est très agréable de se promener dans ses rues tranquilles, avec une charette passant  de temps en temps (il n’y a pas de voitures sur l’île, en dehors de quelques fourgonnettes locales). Il est également intéressant de faire le voyage en ferry, parce que les touristes sont complètement avalés par l’énorme masse des habitants, qui se déplacent avec leurs affaires d’une île à l’autre.

Istanbul3L’hammam: Peut-être Istanbul aujourd’hui n’est pas l’endroit idéal pour une visite au hammam, tout est très orienté vers le tourisme et cher, mais je ne pouvais pas quitter la ville sans tenter l’expérience. A Istanbul, il y a beaucoup de hammams, et après avoir lu des dizaines de suggestions de voyage, qui disent tout et son contraire, j’ai décidé de commencer à partir de Cagaloglu (http://www.cagalogluhamami.com.tr/), classé comme le hammam le plus spectaculaire à Istanbul, et l’un des 100 lieux à visiter avant de mourir. Et c’est probablement vrai, si ça ne vous  dérange pas de payer un montant disproportionné pour un massage de dix minutes. Je ne l’ai fait, et je suis passé à Cemberlitas (www.cemberlitashamami.com/), plus abordable (37 euros), très évocateur, et offrant un très bon traitement, quoiqu’un peu rapide.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions non couvertes par cet article.

Bonnes vacances!

 

Claudiaexpat
Jérusalem
Juin 2013

Merci à Anne, à Jérusalem, pour la traduction de l’anglais

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 13 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.