Home > Vie à l'étranger > Déménagements > Arriver dans un nouveau pays avec des enfants
new country with children

Arriver dans un nouveau pays d’accueil avec des enfants nécessite une préparation particulière. Voici ce que l’équipe de Expatclic vous suggère, selon que votre expatriation et / ou changement de pays s’accompagne de bébés, de jeunes enfants ou d’adolescents. Dans le cas où vos enfants sont plus âgés et surtout si ce n’est pas la première fois qu’ils arrivent dans un pays inconnu, vous connaissez déjà les meilleurs systèmes pour un bon vol et un bon atterrissage… sans trop de turbulences! Quoi qu’il en soit, il est toujours utile de rappeler certains trucs, et cela sera certainement utile à celles qui vivent l’aventure pour la première fois.

Heureuses expatriations!

Silviaexpat avec l’équipe de Expatclic

Merci à Gabrielle pour la relecture.

 

Le premier conseil que l’on peut donner à ceux qui voyagent avec des enfants est de programmer une arrivée dans le pays d’accueil qui coïncide avec la rentrée scolaire, que ce soit en Août / Septembre ou après les vacances d’hiver. Il y a plusieurs raisons à cela. La première est qu’en n’arrivant que quelques jours avant la rentrée scolaire, les enfants auront moins de temps pour s’ennuyer et / ou se sentir tristes dans une maison nouvelle et vide ou, pire, de devenir dingues dans une chambre d’hôtel à regarder la télévision par satellite qui semble être la seule en mesure de retransmettre des dessins animés 24H/24! Davantage encore s’il fait terriblement chaud ou qu’il neige et que la nuit tombe tôt. Vous devez également penser au fait que la majorité des expatriés profitent de vacances d’été ou d’hiver pour retourner chez eux, recevoir de la visite, partir à la découverte du pays et, finalement, s’échapper de la routine. Il vous sera certainement plus difficile de vous faire des amis au cours de ces semaines de fermeture de l’école. Essayez, par conséquent, de faire votre possible pour planifier votre arrivée au début des activités scolaires.

Bien sûr, vous devez vous mettre en rapport avec l’école longtemps à l’avance, n’attendez pas votre arrivée sur place pour lancer les procédures d’inscription: les écoles internationales dans de nombreux pays peuvent être complètes et / ou avoir une liste d’attente, de sorte qu’il est toujours préférable d’inscrire votre enfant dés la notification de votre transfert. Évidemment les écoles internationales acceptent les inscriptions des nouveaux étudiants en ligne. De cette façon, une fois arrivés, vous pouvez passer les premiers jours à visiter le campus de l’école, acheter les uniformes et plus généralement faire sentir à vos enfants que leur monde est sur le point de s’enrichir dans la continuité (de l’école et de la famille avant tout).

Pour ceux qui voyagent avec de jeunes enfants et si l’arrivée est en fin d’après midi ou le soir, notre conseil est d’essayer de s’en tenir autant que possible à la routine à laquelle vos enfants sont habitués: gardez une bouteille de bain moussant dans votre valise (vous pouvez en acheter une petite pour l’occasion) et le jouet favori pour le bain du soir, et si vos enfants, comme le mien, sont fans de pâtes, pourquoi ne pas leur faire un bon plat de pâtes à la sauce tomate? 200grs de penne et une boite de tomates pelées dans la valise peuvent faire des merveilles dans une situation nouvelle. Si cela n’est pas possible parce qu’il est tard, que vous êtes à l’hôtel et n’osez pas vous aventurer à la recherche de n’importe quelle pizzeria, vous pouvez leur offrir quelque chose qui leur est familier. Un verre de lait avec des biscuits spéciaux, un goûter spécial que vous avez pu emporter avec vous dans la valise. Avoir leur plat préféré ou un goûter donnera à vos petits un sentiment de continuité et de stabilité et les aidera à dormir dans un nouveau lit sans craintes et trop de questions … et vous permettra, à vous et aux enfants plus âgés, de vous détendre.

Une autre suggestion utile, qui s’applique à la fois aux adultes et aux enfants: si vous savez d’avance que vous allez passer plusieurs semaines à l’hôtel (ou dans une pension ou un appartement meublé) pensez à ces deux ou trois petites choses que vous aimeriez voir autour de vous, toucher, sentir, au cours de ces premiers jours (et apparemment sans fin) que vous passerez à vous déplacer dans un espace inconnu, où tout est nouveau et étrange.

Personnellement je me sens chez moi lorsque j’ai trouvé l’endroit où mettre des fleurs (immédiatement, toujours!), mon ordinateur, une lampe, les deux livres que je lis en ce moment et une photo de ma fille nouveau-né. Elle, ma fille, a encore besoin (à cet âge!) de sa peluche éléphant, son réveil et un livre de Calvin & Hobbes. D’autres enfants ont besoin de leur propre couverture, et ce n’est jamais une mauvaise idée d’emporter une taie d’oreiller particulière, un drap, une nappe en plastique à mettre sur la table à l’heure du déjeuner. Beaucoup de ces choses pèsent peu, ne prennent que peu de place et même si c’est le cas, il est préférable de ne pas sous-estimer leur importance car elles peuvent vous permettre de vous sentir à la maison lorsque vous vous sentez perdus dans le chaos des cantines ou le silence des chambres vides.

Avec les enfants, je vous recommande: de mettre au tout dernier moment leurs objets les plus précieux, ceux dont vous savez qu’ils représentent leur petit monde. Si les enfants sont plus âgés, pensez à leur acheter un sac à dos ou un chariot personnel, qu’ils pourront remplir de leurs jouets préférés, de livres, papier, crayons et marqueurs et qui sont facilement transportables dans un avion si le voyage est long. De plus il facilitera le rangement à la maison, à l’hôtel ou ailleurs, (souvent, avez-vous remarqué?, ces objets sont vraiment minuscules et éparpillés partout!) en les jetant dans un sac à dos ou un chariot en une fraction de seconde. Demandez-leur de vous aider, ils seront heureux de participer au déménagement, vous les ferez se sentir responsables et actifs, ce qui les aidera à gérer la douleur de la séparation (d’avec l’école, les grands-parents, la maison où ils vivent, etc.) et cela à leur propre rythme.

Comme indiqué ci-dessus, essayez de trouver sur Internet (ou sur Expatclic!) les sites et attractions à visiter dans votre nouvelle ville. S’il n’existe pas de tels endroits, essayez d’imaginer ce qui pourrait plaire à vos enfants déboussolés… la découverte d’un magasin de glaces, un boulanger particulier, un paysage exotique … Pensez-y, après tout, qui mieux que vous sait ce qui peut remonter le moral de vos enfants?
Et profitez de la visite de l’école pour vérifier le tableau d’affichage: même si l’école est fermée pour les vacances, les annonces vous donnent une idée de toutes les activités périscolaires possibles (par la suite, vous pouvez également inclure des activités qui ne vous seraient pas venues à l’esprit: dans certains pays, vous avez beaucoup de choix, dans d’autres, vous devez faire avec l’offre proposée), telles que des réunions informelles entre les enfants et les parents, des sorties, des leçons de musique ou de danse, etc. Il faudra du temps avant que tout cela se mette en place, mais la simple idée du possible nous rend heureux et nous laisse imaginer de nouvelles amitiés et de nouvelles aventures.

Je conclus en vous indiquant quelques uns de nos articles sur différentes villes avec des activités pour enfants, très utiles si vous atterrissez dans un de ces endroits et que vous voulez quelques conseils de ceux qui… sont déjà passés par là!

Vous êtes une maman expatriée avec des enfants et vous voulez nous faire partager ce que vous avez découvert dans votre ville d’accueil pour vos petits? Contactez nous: votre expérience peut être utile à d’autres mères!

Voici nos histoires. Peut-être qu’en les lisant, vous retrouverez vos propres expériences, mais aussi quelques nouveaux trucs et astuces …

 

Aleexpat

arrivo_bambiniAleQuand j’arrive dans une nouvelle ville, la première chose que je fais avec les enfants est de laisser voiture et cartes derrière moi, et de commencer à découvrir le quartier à pied. Même si dans les pays arabes, marcher n’est pas toujours facile, il y a toujours un terrain de jeu ou une pelouse pour aller jouer au football, et cet espace devient une constante pour nous tous, au moins pendant les premières semaines.

Plus tard, nous cherchons les commerces principaux, toujours à pied et toujours dans le quartier. Ces magasins qui vendent des “produits” qui nous font nous sentir « à la maison »: les céréales que les enfants ont mangés tous les matins durant les dernières années, les biscuits au chocolat qu’ils aiment, mais aussi le boulanger qui vend du pain frais ou de la focaccia.

À la maison ou à l’hôtel, nous essayons de ne pas perdre le contact avec les jeux habituels, les livres de tous les jours, qu’il faut absolument mettre dans une valise, car nous ne pourrions jamais les placer dans une caisse ou un conteneur. Au début (ce pourrait ne pas être le meilleur des conseils, je l’avoue!)on peut trouver une grande aide avec la TV ou le lecteur de DVD: les enfants, ballotés d’un aéroport à l’autre, d’un climat à l’autre (ils partent avec une veste fourrée pour arriver en maillot de bain!) peuvent se détendre avec des films qu’ils connaissent bien, qu’ils soient en arabe ou en anglais, cela n’a pas d’importance, ce sont les personnages familiers qui comptent, et qui en quelque sorte les font se sentir en sécurité.

Après cette première phase, au cours de laquelle on récupère nos énergies et surtout acquérons l’orientation, nous commençons à faire les “touristes”. Au début, il est difficile de se sentir «résidents», donc montrez à vos enfants tout ce que l’endroit peut offrir à un enfant qui est en «vacances»: la plage, le terrain de jeu, l’aquarium … jusqu’au moment de la rentrée et que débute avec lui le voyage de nos petits vers la découverte de nouvelles amitiés, de nouveaux modes de vie, de l’apprentissage d’un nouveau monde!

Claudiaexpat

A chaque fois que nous arrivons dans un nouveau pays avec nos enfants, nous nous efforçons de leur faire vivre ce changement d’une façon sereine et non traumatisante. Par conséquent, comme chaque mère, chaque fois que je suis arrivée dans un nouveau lieu, j’ai agi selon une série de stratégies qui ont changé au cours du temps, car il est très différent d’arriver avec un petit bébé ou un préadolescent. En repensant à mes arrivées dans les différents pays, je me suis souvenue de beaucoup de choses que je suis heureuse de partager avec vous:

Arrivée à Bissau avec un bébé de sept mois: dés les premiers jours dans la nouvelle maison, j’ai repéré un espace qu’Alessandro pourrait s’approprier. J’ai acheté de grands tapis faits de feuilles de palmier au marché local, et je les ai mis dans le salon. J’y ai mis tous ses jouets (dans un panier de paille, acheté au même marché) et j’ai commencé à l’encourager à jouer dans cet espace tous les jours. Très vite, il l’a reconnu comme le sien. J’ai exploré le quartier pour comprendre ce qu’il avait à offrir à un enfant de cet âge: je vous laisse deviner les résultats de mon enquête, dans l’une des capitales africaines les plus dégradées! Cependant, j’ai découvert qu’il y avait beaucoup d’enfants dans le quartier (beaucoup d’entre eux aidaient leurs parents à vendre du pain ou d’autres choses), qui étaient toujours heureux de venir jouer avec les jouets sophistiqués d’Europe. Même si leur intérêt ne se portait certainement pas sur Alessandro, il était très heureux de voir des enfants autour de lui, et les jours ont bientôt pris le rythme du “coin des jouets” et de la courte, mais régulière, visite de ses amis.

arrivo_bambiniClaudiaArrivée au Congo avec un enfant de trois ans et demi: notre maison avait une piscine! Une grande aide – je pense que tous les enfants sur terre aiment jouer dans l’eau! Les premiers temps nous étions pratiquement dans l’eau toute la journée. Mais puisque l’enfant a également besoin de se socialiser et de connaître ce que son nouveau lieu de vie a à lui offrir, nous sommes allés à la découverte de ce que cette ville nous réservait (même dans ce cas: presque rien). Notre première destination a été le marchand de glace. Je crois que la découverte immédiate de l’emplacement du marchand de glaces de votre ville d’accueil est d’une importance fondamentale si vous avez des enfants. Une petite promenade en mangeant une glace quand vous vous sentez triste, parce que vous ne connaissez personne et ne savez pas comment arriver à la fin de la journée, est tout à fait régénérant. Ce n’est évidemment valable que si les enfants sont petits et sont heureux de manger une glace même si sa qualité est loin de celle de la glace italienne. Maintenant, à Jérusalem, quand j’invite Mattia à manger une glace, il me regarde comme si j’étais une extra-terrestre et me répond “je ne mange des glaces qu’en Italie”. Pour en revenir au Congo, une chose qui a occupé Alessandro pendant un bon moment a été le carré de sable que nous avions construit pour lui: quatre planches en bois et quelques clous, une feuille de plastique au fond, et quelques sacs de sable ont créé un lieu où il pouvait jouer avec des plats et des verres en plastique sans se fatiguer – jusqu’à ce qu’il ait vu une énorme araignée sortir du sable, bien sûr! Mais quand ceci est arrivé, nous nous étions déjà fait quelques amis. Il est à noter que notre arrivée correspondait à la fin de l’année scolaire, et que la plupart des enfants partaient en vacances. Afin de résoudre ce problème, j’ai demandé à l’école maternelle dans laquelle il irait à la rentrée, de me permettre d’afficher sur le tableau des annonces une note où j’avais écrit: “Alessandro, 3 ans et ½, cherche des amis pour partager les longues journées estivales à Brazza”. Nous avons eu un contact: un garçon français un peu plus jeune que lui, avec lequel Alessandro a passé plus d’un après-midi!

Arrivée au Honduras avec un enfant de 3 ans et un de 7 ans et demi: cette destination représentait une énorme nouveauté pour nous tous car nous n’avions jamais mis les pieds en Amérique Latine. La première chose nouvelle a été le voyage sans fin et le décalage horaire qui nous a épuisés pendant une bonne semaine. Nous avons passé les premiers jours dans un hôtel. J’ai évidemment appliqué la tactique habituelle: l’exploration des espaces en toute liberté (l’hôtel avait une piscine !) et beaucoup de télévision (un peu réconfortée par le fait que les enfants devaient apprendre l’espagnol, et donc que quelques heures de dessins animés les aideraient au moins un peu…).

Toutefois, j’ai toujours aimé montrer à mes enfants la réalité locale dès le début du séjour, alors un jour j’ai décidé que nous sortirions. J’ai ouvert le guide Lonely Planet et j’ai choisi notre destination: le granja (ferme) des iguanes, où les enfants pouvaient même tenir un bébé iguane! Je pensais que c’était la chose la plus appropriée, exotique et excitante à faire. Le seul problème: je ne parlais pas un seul mot d’espagnol, et n’avait aucune idée de la topographie de la ville! Quoi qu’il en soit, j’ai appelé l’endroit en espérant que quelqu’un parlerait anglais. Évidemment personne. J’ai essayé de donner un sens aux explications en espagnol, j’ai mis les enfants dans la voiture de location, et je suis partie en direction de la ferme, pleine d’optimisme. Après environ une heure à tourner en rond et à regarder la carte (ce qui pour moi équivalait à la lecture d’un texte sacré en arabe), et l’observation des tous les signes possibles, et essayant de reconnaître le nom du quartier qu’ils m’avaient mentionné au téléphone, je me suis retrouvée dans une des zones les plus reculée et les plus notoirement dangereuse de Tegucigalpa (heureusement, je ne l’ai su que plus tard). Par hasard, j’ai rencontré une fille très gentille qui parlait parfaitement l’anglais et qui m’a donné des indications claires et précises. Après quarante minutes je faisais mon entrée triomphale dans la ferme, où mes enfants ont effectivement pu tenir un bébé iguane!

Je vous dis tout cela parce que je veux vous encourager à ne jamais avoir peur d’affronter de nouveaux endroits et de nouvelles situations, même lorsque vous n’êtes pas à l’aise avec la langue: vos enfants seront motivés et encouragés par votre sens de l’initiative et votre enthousiasme, vous trouverez certainement quelqu’un pour vous aider, et réussir à trouver votre chemin dés les premiers jours donne un énorme sentiment de sécurité et augmente l’estime de soi, qui est généralement assez peu élevée au début d’une nouvelle expatriation!

Arrivée au Pérou avec un enfant de 11 ans et demi et un de 7 ans: je dois dire que Lima, par rapport à tous les endroits où nous avions vécu avant, est une vraie ville, très bien équipée, très grande, et pleine de beaux endroits où les enfants peuvent jouer. Lors de la recherche d’une maison (activité à laquelle je suggère de faire participer les enfants autant que possible) j’avais repéré une très grande place animée, avec un vendeur de glace, un petit marché de l’artisanat et un petit parc avec des balançoires et toboggans. J’avais demandé son nom, et quand nous avons eu un peu de temps, j’ai demandé à un taxi qu’il nous y amène. Les enfants ont adoré (nous avons évidemment commencé par la glace, pas mal du tout), et je me souviens particulièrement qu’Alessandro avait été particulièrement attiré par l’artisanat, à un point tel qu’il a dit «ce pays est très beau!”. D’autres découvertes au cours des premiers jours, et que nous avons exploitées au maximum de manière à donner à nos jours un rythme agréable : les restaurants (fabuleux!), les promenades de bord de mer, et beaucoup d’endroits sympas, ainsi que le parc derrière notre hôtel, un endroit magnifique et relaxant.

Mes suggestions pour faire face aux premiers jours:

  1. apportez avec vous un cadeau “spécial”, que vous pouvez offrir à l’arrivée et qui pourra divertir vos enfants lorsque vous aurez besoin d’une pause
  2. trouvez immédiatement un ou plusieurs coins de la maison ou de l’hôtel, qui peuvent constituer un divertissement, qui sont particuliers, qui peuvent être arrangés d’une façon spéciale, et demandez à vos enfants de participer à cette recherche
  3. faites participer vos enfants autant que possible à l’organisation de votre nouveau domicile, emmenez-les acheter un objet “spécial” que vous placerez dans la nouvelle maison
  4. avant de partir, cherchez des images du nouveau pays, et trouvez un endroit qui semble être agréable et intéressant. Une fois arrivés, allez-y avec vos enfants – c’est une excursion particulière qui vous permet de passer une demi-journée d’une manière différente, et d’apprendre à connaître votre nouveau cadre de vie
  5. pour les enfants plus âgés, il est important d’avoir immédiatement une connexion Internet afin qu’ils puissent discuter et écrire à leurs amis
  6. Trouvez un endroit (glacier, supermarché, boulangerie, piscine, aire de jeux) qui peut devenir un rendez-vous régulier au cours des premiers jours: y aller tous les jours donnera à vos enfants un rythme et un sentiment de sécurité
  7. Apportez avec vous un paquet de craies de couleur, vous pouvez les donner aux enfants pour colorier à l’extérieur (si le temps le permet) ou sur des grandes feuilles de papier à l’intérieur

Cristinaexpat

Mis à part le séjour parisien, où j’ai appliqué exactement ce que Alessandra a écrit (sortir à pied pour explorer, rechercher des indications sur ce qu’il est possible de faire en ville avec les enfants, la recherche de parcs et de jeux en plein air, cinémas, etc.), mes déménagements ont toujours été dans des endroits où la sécurité est un gros problème et où il est donc impossible de marcher à pied ou chercher des endroits appropriés pour les enfants.

arrivo_bambiniCristinaPar conséquent, mon problème principal a toujours été de régler l’organisation des premiers jours d’un séjour forcé à la maison avec des milliers de problèmes pratiques liés au déménagement et au fonctionnement de la nouvelle maison à résoudre (appareils électroménagers, l’approvisionnement en eau, l’approvisionnement en électricité, etc.) Être engagé dans la résolution de problèmes pratiques mais fondamentaux (pas d’électricité signifie pas de télé!), et en même temps occuper trois enfants qui s’ennuient, mais qui sont également très énervés, est un véritable cauchemar.
Ma stratégie à ce jour? Bien que ce soit un cauchemar à la fois physique et psychologique, je considère qu’il est d’une importance fondamentale de ne pas arriver plus d’un ou deux jours avant le début de l’école. De cette façon, les enfants seront occupés et concentrés sur le début des activités scolaires (cela est également vrai pour le petit qui va à l’école maternelle)
De fait les énergies physiques des petits se concentrent sur l’école, le laps de temps avant de se faire de nouveaux amis est raccourci, et les invitations à jouer l’après-midi deviennent possibles.
Les premiers matins quand ils sont à l’école me donnent le temps de déballer et d’arranger rapidement la maison: les premiers cartons sur lesquels je me concentre sont ceux des jouets et ceux qui contiennent des matériaux pour les enfants, afin qu’ils puissent se sentir à la maison dès que possible et avoir un espace où jouer.
Si c’est possible, et afin de leur faire accepter la nouvelle destination, nous préparons un environnement exclusivement pour eux, c’est à dire leur chambre. La première chose à organiser dans la nouvelle maison a toujours été la chambre des enfants, leur lit a été enrichi de nouveaux draps colorés, et les murs joliment décorés. Ça a toujours beaucoup aidé: voir un bon lit et un espace accueillant leur permet de se sentir immédiatement à la maison. Explorer le jardin et les petits animaux qui l’habitent est tout aussi important: petits amis qui vivent avec nous. Plus tard, dans le jardin, nous avons planté des fleurs et des plantes avec les enfants, ou un arbre fruitier dont ils ont pris soin.

Sachant que la vie des enfants en dehors de l’école se développe la plupart du temps à la maison (la nôtre ou celle des amis), je mets dans mes cartons beaucoup de pâte à modeler, des couleurs, des albums, des matériaux pour les activités manuelles et des jeux. Ou je cherche, si possible, des jouets, qui occupent les enfants pendant un bon bout de temps. Même la télévision est importante: nous n’oublions pas les dessins animés préférés qui représentent un élément de calme dans les moments de forte fatigue physique et psychologique (à la fois pour les enfants mais aussi pour les parents).
Je ne veux pas faire de la publicité, mais j’ai découvert que la Wii est idéale pour divertir les plus grands, en particulier les jeux d’équipe, auxquels jouent frères et sœurs et les amis qui viennent en visite.
Une autre chose: la piscine, un endroit où vous pouvez aller 3-4 fois par semaine, est devenu non seulement un endroit où se baigner, mais aussi où jouer. Chaque fois que nous y allons, nous apportons avec nous des jouets d’eau, des balles, des pots et des casseroles, etc.

Giuliettaexpat

Première chose à faire à l’arrivée? Recréer son propre univers, et pour pouvoir le faire, on doit trouver rapidement tous les points de référence nécessaires … ce n’est pas facile.
Il y a des choses qu’on ne met pas dans le conteneur, puisqu’il lui faudra des semaines pour arriver. Ce sont des choses qui, lorsqu’elles sortent de la valise, « font maison» : les doudous de Camilla, le mythique Babar et le lapin sale, les amis de nombreux voyages (Tagliano, le doudou de Chiara doit avoir accumulé une quantité extraordinaire de miles) ; au moins grâce à eux les premières nuits seront pleines de rêves pour mes petites…

arrivo_bambiniGiuliettaMais au-delà des objets, qu’est-ce que nous recherchons, ou mieux, de quoi nos enfants ont-ils besoin pour se sentir rapidement bien? Comment recréer le plus rapidement possible la sécurité du monde laissé derrière nous? Le terrain de jeu à Tokyo a été notre première grande découverte, en dix minutes nous l’avions adopté, et j’ai réalisé qu’un toboggan et une balançoire sont tout ce qu’il faut pour nous rendre heureux n’importe où dans le monde. Le magasin qui vend nos céréales et du bon pain, ce qui réduit le nombre de kilomètres qui nous séparent de la maison, a été l’une des premières choses que nous avons cherchée en Inde, où tout était découverte, d’un point de vue gastronomique.
Des aller-retour sur le chemin de l’école de manière à le faire nôtre, sur nos vélos le long de Otsumadori, entre un saut et un autre, entourés par une armée de vaches dans la circulation chaotique en Inde, et non pas si surpris par le quartier, mais tout de même tendues et inquiètes en allant au lycée international de Saint Germain en Laye…

Les enfants reconstruisent rapidement leur monde, et si nous sommes positifs et plein d’enthousiasme pour cette nouvelle aventure, nous les aidons à retrouver rapidement leurs habitudes…
Il y a des moments que je n’oublierai jamais, et je ne sais pas pourquoi, mais ils sont toujours liés à la nourriture … Les premiers moments à l’arrivée à Tokyo, ce délicieux sashimi dans notre nouvel appartement japonais, la première nuit, fatigués par le voyage et excités par ce changement, les petits visages surpris de nos filles, qui, en même temps que le poisson cru, découvraient leur nouveau monde.
Les mêmes visages endormis et surpris qui quelques années plus tard, assis devant le premier dîner indien, quelques heures après notre arrivée à Chennai, découvraient les délicieux goûts de la cuisine indienne, avec Camilla qui souriait et disait: “c’est bon!”, la bouche grande ouverte afin de prendre de l’air autant que possible, et boire des litres d’eau pour supporter l’épicé!
Et l’enthousiasme qui les a saisies quand elles ont découvert la splendeur du marché de Saint-Germain, à l’arrivée à Paris, avec tous ces produits frais et délicieux que nous avions rêvé de retrouver pendant tant d’années….

Lisaexpat

Arriver dans un nouveau pays, c’est le moment que je trouve le plus complexe de l’expatriation, surtout si vous avez des enfants. La sensation personnelle de désorientation est accompagnée du fait d’avoir à prendre soin des sentiments des enfants. Il y a habituellement une maison vide, une chaleur suffocante, au moins dans mes expériences africaines, et un, deux ou plusieurs enfants qui se déplacent en pleurnichant. La première chose que j’ai l’habitude de faire, c’est de chercher un endroit à l’intérieur de la maison où ranger leurs affaires, ouvrir les valises qui contiennent leurs jouets et leurs livres, et trouver des climatiseurs et des ventilateurs au cas où il n’y en pas dans la maison.

arrivo_bambiniLisaFaire les courses au supermarché est un moment important: vous comprendrez tout de suite dans quel environnement vous vous trouvez! Par exemple, vous apprendrez à connaître sur quels biscuits ou bonbons vous pouvez compter en cas de besoin. Par ailleurs, sortir de la maison nous propose des scénarios intéressants: est-il conseillé d’aller dans les rues d’une ville, comme Khartoum, avec trois jeunes filles plus ou moins indépendantes, 40 degrés à l’ombre, des trous énormes dans la chaussée où vous pouvez aller à pied? Ne serait-il pas préférable d’attendre un moment plus approprié de la journée, et d’utiliser des moyens de transport plus simples? En parlant de cela, j’ai trouvé très utile et éducatif d’utiliser les transports en commun avec les filles: ici, à Khartoum, c’est une option assez risquée en termes de sécurité, tant en raison de l’état lamentable des moyens de transport que du trafic meurtrier. Pourtant, vous pouvez utiliser les “racha”, une sorte de rickshaw asiatique que les filles trouvent très divertissant et que j’utilise pour les courts trajets. Après une première exploration, on obtient une idée plus juste de ce qui est autour, et le vrai processus d’installation commence.

Dans les pays qui sont si difficiles d’un point de vue environnemental, je trouve qu’il est très important d’obtenir le soutien de l’école, commencer à fréquenter les différentes associations de parents, inviter les camarades de classe, parler avec les enseignants. Même les relations avec les voisins ont été d’une importance fondamentale pour moi: une autre mère expatriée peut être une source d’inspiration lumineuse.

Dans les endroits où il n’y a pas de terrains de jeux, les points de référence importants sont les piscines et les clubs sportifs. Vous pouvez trouver là des cours structurés pour les enfants plus âgés, comme le tennis, la natation, l’équitation, la gymnastique, etc. Je pense qu’il est également important de s’équiper de quelques jeux intéressants à la maison, où vous passerez une bonne partie de la journée de toute façon, et de recréer un environnement propice aux enfants, peut-être en achetant une piscine gonflable et une balançoire pour le jardin.

Pour ceux qui aiment, un animal de compagnie peut aussi aider (chiens, chats, lapins, oiseaux, perroquets).

Sitôt quelques temps passés, vous commencez à connaître les endroits stratégiques où vous pouvez aller en cas de besoin: pour moi une petite boutique de glaces avec un petit jardin est le moyen de sortir des après-midis nerveux et claustrophobes qui finissent en larmes.
Comme tous les jouets ne peuvent pas rentrer dans une valise, je trouve également utile et même divertissant d’aller à tous les « vide-grenier » des familles d’expatriés qui quittent le pays. Cela m’a permis d’enrichir le lot des jouets de mes filles avec des éléments intéressants, provenant d’un peu partout dans le monde. Important, mais à utiliser à bon escient, à la fois pour des raisons éducatives et morales que nous connaissons tous, et pour ne pas éliminer l’effet magique, ce sont les DVDs, que j’achète en grande quantité, lorsque je retourne en Italie ou passe par un aéroport international.

Une autre chose que j’ai découverte grâce à l’expatriation : le sleeping over, très populaire dans les cultures anglo-saxonnes, et que personnellement je trouve fantastique. Vous confiez votre enfant à une famille d’amis pour une journée et une nuit. Cela permet aux enfants d’essayer des environnements familiaux différents et de vivre avec d’autres mères, pères, frères et sœurs, cela permet entre autre de casser la routine familiale et de la rendre un peu plus vivante.

Silviaexpat

arrivo_bambiniSilviaVoyager en avion: notre fille a commencé à voyager en avion avec nous lorsqu’elle avait neuf mois, et depuis, elle a toujours été heureuse dans les avions, elle n’a jamais souffert, par exemple, de l’intensité de la dépressurisation de la cabine, au contraire! Elle a toujours très bien dormi sur le vol Zurich – Erevan. Quand elle avait environ 4 ans nous avons déménagé au Pakistan, et elle était tout heureuse du long voyage qui l’attendait. Dès que nous étions à bord, elle s’organisait avec ses vidéos, ses couleurs, les poupées Barbie, l’éléphant en peluche, une joie! Je me souviens d’une des rares fois où nous avons volé en Business Class, de Londres à Islamabad: un homme d’âge moyen, très énervé, s’est plaint à l’hôtesse car il y avait un enfant (mon Emilie!) en Business: il était sûr qu’elle crierait et l’empêcherait de dormir … je l’ai invité à jeter un coup d’œil aux “monstre” et je dois dire que de la voir heureuse entre un jus d’orange et son éléphant, et regardant son film de Walt Disney favori , l’a bien rassuré. Plus tard, un peu ivre et visiblement stressé, il a avoué que sa mauvaise humeur était davantage attribuable à sa peur de voler qu’à la présence de ma fille, qui, évidemment, ronflait déjà comme un bébé!

En voiture: trois ans d’expatriation dans le Balkans m’ont offert la merveilleuse opportunité de traverser l’Europe en voiture, ce que je faisais souvent, avec Emily, en été, afin d’éviter la grande chaleur à Skopje (où son père, malheureusement, restait à travailler). Ma fille n’était pas particulièrement heureuse de l’idée, elle qui aime l’avion, mais je voulais faire Skopje-Berlin en voiture, une chance unique pour nous de voir cette belle Europe, nous qui sommes souvent si loin d’elle. Je vous dis cela parce que je pense qu’il serait merveilleux d’être en mesure d’atteindre notre prochaine destination en voiture.

Pour les longs voyages en voiture j’ai évidemment mes astuces:

  1. Avec les enfants, préparer une boîte (celle pour papier A4 impression sont parfaites), mettez y plein de jouets et les livres qu’ils aiment, et placez-la si possible sur le siège arrière, afin qu’ils puissent l’atteindre sans qu’il soit nécessaire d’arrêter la voiture (et donc de ralentir le voyage…);
  2. Prenez un lecteur dvd à poser derrière le siège intérieur de la voiture: l’enfant se sentira comme dans un avion, il / elle appréciera le film et vous laissera conduire tranquillement;
  3. Si possible, fragmentez votre voyage et arrêtez-vous pour la nuit. Si vous pouvez maintenir un rythme de 5 à 6 heures de conduite par jour, tout le monde se sentira plus reposé. Essayez de planifier votre arrivée à la prochaine destination vers la fin de l’après-midi, vers l’heure d’un bon petit dîner quelque part, et d’un bon dessert pour vous souhaiter une bonne nuit!
  4. Apportez une grande quantité d’eau et de goûters, pour les enfants et pour vous-même, et n’oubliez pas: lorsque vous conduisez, faites attention à la perte en sucre! Ceux qui aiment le café devraient se préparer un thermos et le garder à proximité en cas de besoin …

En arrivant à la maison: je l’avoue, nous sommes chanceux, car l’organisation pour laquelle travaille mon mari nous fournit une maison meublée, où nous allons vivre pendant tout notre séjour dans le pays. Cela rend les choses plus faciles, sauf – comme à Khartoum – si l’appartement est immense (5 salles de bains), mais vide … C’est exactement dans ce type de cas qu’il est important de sortir de la valise ces trois ou quatre petites choses qui nous font nous sentir à la maison, en particulier l’enfant. Notre fille a toujours pris avec elle énormément de livres et de jouets, car elle était très jeune. Bien sûr, maintenant, en ce temps de préadolescence, elle est plus impatiente et parfois ne sait pas trop ce qu’elle veut emporter, et aujourd’hui la première chose que nous devons faire sitôt arrivés c’est de s’occuper des connexions TV et Internet. Cela permet à Emily de parler aux amis et à la famille qu’elle vient de quitter, et nous fait nous sentir à la fois moins seul (papa, c’est connu, se met au travail sitôt arrivé…). On peut évidemment regarder un film gai et drôle qui maintient la tristesse à distance (vous vous souvenez de Louis de Funès? Il a sauvé plus d’une fois nos soirées à Khartoum…).

Deuxième étape: trouver immédiatement un moyen de transport pour être en mesure de partir à la découverte de la nouvelle ville et de la nouvelle école, pour trouver un vendeur de glaces, un centre commercial, une librairie. Même la ville la moins accueillante cache des bijoux précieux, vous devez juste à savoir où les chercher. Le terrain de jeu à Erevan, le zoo d’Islamabad, le Musée des Sciences Naturelles de Skopje, la promenade sur le Nil à Khartoum… tous les endroits sont merveilleux, dans leur simplicité, vu avec les yeux d’un enfant… et pas seulement!

(Visited 58 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 15 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*