Home > Vie à l'étranger > Déménagements > Psychologie et Espace Vital: on en parle avec Donatella Caprioglio

Nous remercions sincèrement notre chère amie Angela Iacobellis qui a recueilli pour Expatclic cette interview très intéressante dans laquelle la psychologue pour enfants Donatella Caprioglio nous parle du lien entre psychologie et espace vital. Et plein d’autres choses.

Une question pour débuter : qu’est-ce que le lien entre psychologie et espace vital?

La relation entre psychologie et espace vital part de la simple observation de la façon dont nous vivons chez nous, comment nous répondons à la question «où est ma maison?». Pour les expatriés, c’est certainement une question très importante.

Moi aussi je suis une vagabonde, je vis dans trois endroits différents à la fois, en France, en Vénétie et dans les Pouilles. Ma réflexion part de cette névrose qui est la mienne, de cette «errance», puisque je suis psychologue pour enfants et psychothérapeute. C’est mon «errance», chanceuse car elle est aussi riche en connaissances, ce qui m’a poussé à me demander où est ma maison. C’est ainsi que j’ai commencé à écrire le livre “Au Coeur des maisons”.

La psychologie de la vie a toujours intéressé de nombreux architectes car elle montre à quel point l’espace physique de notre maison représente notre espace mental. Lorsque vous entrez dans la maison de quelqu’un, vous voyez la personne. Mon expérience m’a amené à rencontrer des gens qui ne vivent pas chez eux car ils ne vivent pas dans leur désir, ils ne vivent pas en eux-mêmes. C’est pourquoi j’ai combiné cette réflexion en «habiter / habiter soi même».

J’ai aussi vu la pathologie de l’habitat, c’est-à-dire que les personnes qui restent chez elles avec une certaine indifférence, ou vivent mal chez elles, n’ont pas de logement fonctionnel, parce qu’elles ne s’écoutent pas, n’écoutent pas leurs souhaits. C’est dommage car la maison est un outil puissant de thérapie personnelle. À tel point que lorsque nous nous sentons mal, nous commençons à nettoyer la maison, à ranger les armoires, à emporter le surplus…: en réalité, nous ne faisons que nous ranger nous-mêmes. La maison bénéficie donc d’un ordre qui est avant tout intérieur, la maison est un objet thérapeutique.

Il est important de comprendre ses besoins, pour pouvoir choisir son logement. Surtout pour ceux qui voyagent et bougent comme vous, c’est beaucoup plus important que pour les autres, en ce sens que la maison doit répondre à des paramètres qui doivent être appréciés.

donatella caprioglioTu parles beaucoup de construction identitaire. Dans un parcours de vie mobile, quel type d’identité peut-on construire?

C’est une identité multiethnique. Ceux qui embrassent cette «identité de vie» sont des gens qui ont une plus grande ouverture d’esprit. C’est une identité qui saute immédiatement aux yeux. Ce sont des personnes qui ont noué des relations avec d’autres mondes, qui ont un espace mental amplifié, une identité qui a plus d’outils pour faire face à la vie, qui est enrichissante. C’est pourquoi je dis que la maison est importante, métaphoriquement parlant. Ce n’est pas tant les murs, mais au moins se demander de rester dans une situation qui correspond aux besoins, et donc se demander «quels besoins ai-je». Beaucoup de gens ne se demandent pas ce qu’ils veulent, ce qu’ils aiment, mais il est important de ne pas sous-estimer leurs besoins et qu’au moins dans la maison il y ait une question: comment aimeriez-vous votre maison?

Quitter une maison n’est pas une étape simple émotionnellement…

En fait, “émotionnellement”, cela signifie que dans cette maison vous avez laissé des émotions, vous vous êtes réjouis , vous y avez pleuré, et donc cette maison a une âme qui est la vôtre.

Je recommande toujours de faire un rituel de «départ» et un rituel «d’arrivée». Un de mes amis, un shaman médecin parisien, me l’a recommandé alors qu’une fois je ne pouvais pas entrer chez moi à Venise parce que la maison était liée à ma mère, qui est décédée. J’avais tout changé, et il m’a conseillé un rite, un rituel.

Le rituel est une chose un peu magique, et pour le croire il faut être un peu magique, comme les enfants: il m’a dit de brûler de la sauge séchée et d’aller dans toutes les pièces, j’y croyais, car j’avais besoin d’une connexion, aussi un peu «fantastique», en dépit d’être une personne très pratique (ou pragmatique), et cela a fonctionné.

Le rituel de quitter la maison, comme les enfants qui disent «bonjour» à la maison, ou les adultes qui y entrent rentrent avec une bougie pour s’en approprier. Ou comme le prêtre qui bénit la maison. Les rituels sont utiles.

Ce n’est pas une chose d’enfant, mais une chose très juste. Dans la maison, nous laissons des émotions, et nous devons bien les laisser. Lors des déménagements, il y des taux très élevés de dépressions, d’accidents, de grande fatigue. Déménager n’est pas quelque chose qui nous fait rire, ce n’est pas seulement une fatigue physique mais mentale. C’est donc quelque chose qui doit être vu.

Tu dis: “Se déplacer est toujours une révolution. Le déménagement est une désorientation spatiale, une série de chagrins de ses coordonnées habituelles, de ses voisins, de ses magasins, de ses déplacements, qui se transforment en fatigue qui dépasse de loin l’effort physique.” (p. 66) Veux-tu partager une petite réflexion sur le déménagement?

Il s’agit justement d’une transformation psychologique qui se transforme alors en espace, fatigue physique, c’est la perte d’odeurs, notamment de chemins, de visages…

Il y a une géographie qui se transforme: une géographie olfactive, relative à l’espace, une topographie. Beaucoup de choses changent dans un mouvement, il faut donc accepter ce moment de ralentissement, c’est comme le deuil, qui peut aussi vous affecter si on ne sait pas qu’il y a un moment de difficulté.

Des sentiments de colère et de perte peuvent également se projeter dans la nouvelle maison quand il est normal d’être en deuil et de ressentir un chagrin, qui doit pouvoir s’exprimer. Comme je l’ai dit, déménager est l’une des plus grandes sources de fatigue et de dépression.

Dans ton livre, tu te concentres sur la “reconnaissance de la beauté”. Comment rechercher la beauté dans les lieux où nous vivons?

Je pense que la beauté est toujours très subjective, mais il existe des normes générales de beauté. Une ville qui a gardé son histoire est toujours belle, car elle n’est pas trahie, c’est comme une vieille personne qui est restée elle-même et qui est belle. Les maisons sont les visages d’un pays, les visages intérieures et extérieures d’un pays, le visage d’un peuple, racontent son histoire, comment la vie de ce lieu s’est structurée.

Réfléchir à la beauté, c’est aussi essayer de comprendre pourquoi on aime ou on n’aime pas un lieu. Peut-être qu’un endroit que nous n’avons pas apprécié à première vue nous fait tomber amoureux quelques années plus tard. Ce qui compte, c’est la projection de nos yeux, ce que nous projetons sur ce lieu. Tout dépend de la façon dont nous vivons notre monde intérieur et par conséquent nous le projetons à l’extérieur.

Qu’aimerais-tu demander aux femmes expatriées?

Qu’est-ce que c’est la maison pour vous ?

 

Propos recueilli par Angela Iacobellis
Traduit de l’italien par Claudiaexpat

Octobre 2020
Photo principale: Karia Shea sur Unsplash
Les autres: ©DonatellaCaprioglio et ©Expatclic
(Visited 7 times, 1 visits today)

Comme vous êtes là…

...est-ce qu’on peut vous demander de nous offrir un caffe ? On rigole, bien sûr, mais pas complètement. Vous avez peut-être remarqué qu’Expatclic n’a pas de pubs ni de contenus payants. Depuis 15 ans nous travaillons pour fournir des contenus et une assistance de qualité aux femmes expatriées dans le monde entier. Mais maintenir un tel site web a des coûts très élevés, que nous couvrons partiellement avec nos propres frais d’adhésion à l’association qui gère le site, et des dons spontanés de la part de celles qui apprécient notre travail. Si vous pouviez nous donner même une toute petite contribution pour couvrir le reste, nous vous en serions profondément reconnaissant. ♥ Vous pouvez nous soutenir avec un don ou en devenant membre honoraire d’Expatclic. Merci de tout cœur.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*