Home > Famille et Enfants > Enfants > Le nid vide en expatriation – le témoignage de Anne
nid vide

Anne est française et vit actuellement à Jérusalem. Elle nous aide énormément avec les traductions de nos articles, et nous en profitons pour la remercier. Merci aussi pour le beau témoignage qu’elle nous offre sur le thème du nid vid en expatriation. 

 

Je suis une maman française de trois grands enfants maintenant. Ils sont âgés de 28, 24 et 20 ans. Je ne travaille pas, ayant suivi mon mari au rythme de ses nombreuses affectations. Notre plus jeune fils a quitté la maison (actuellement à Jérusalem) après avoir passé son bac, et il est parti partir étudier en France en septembre 2013. Sa sœur étudie également en France, mais pas dans la même ville! Notre fils aîné a terminé ses deux années de volontaire international en Haïti et il a aussi regagné la France. Ça fait bien longtemps qu’ils  ne se sont pas retrouvés ensemble dans le même pays, mis à part les périodes de vacances bien sûr!

Je crois qu’on se prépare au nid vide sans s’en rendre compte, au fil des années qui nous mènent à cette échéance qu’est le bac. Aux personnes qui nous disaient à la même époque il y a deux ans, « alors, vous allez bientôt vous retrouver en tête-à-tête, sans enfants? », nous répondions avec un grand sourire « Eh oui, c’est une nouvelle vie qui commence!« , sans vraiment imaginer que ce n’est pas tant l’absence des enfants (car après tout, nous savions qu’ils allaient voler de leurs propres ailes et nous étions contents de les voir prendre leur indépendance) que le fait de se retrouver « seuls » qui allait nous obliger à tout repenser. Et puis, rien de plus merveilleux que d’entendre votre enfant vous dire « Je viens vous voir pendant les vacances!! » car vous savez que vous allez préparer les chambres, remplir le frigo (très important!!) et  profiter pleinement de chaque minute de leur séjour.

En ce qui me concerne, lorsque je me suis retrouvée sans enfant à la maison, je me suis sentie un peu déboussolée: il n’y avait plus de repas à préparer, plus d’horaire de lever le matin, plus besoin d’attendre qu’il rentre tard le week-end pour m’endormir enfin profondément. Je me suis ressaisie quand je me suis dit que je pouvais quand même faire les courses et cuisiner rien que pour nous deux et un nouveau rythme s’est installé!

Quand le nid se vide, il faut apprendre à vivre autrement, et c’est quelque chose qui se fait progressivement, presque au jour le jour. L’important c’est d’en parler avec le conjoint qui a, lui, un travail, un rythme, des collègues avec qui discuter  et bien évidemment, les copines jouent un grand rôle dans cette nouvelle vie, celles qui sont déjà passées par cette étape ou celles qui découvrent en même temps que vous cette nouvelle situation.

Evidemment il y a aussi des avantages quand les enfants sont partis – une fois qu’on a pris de nouvelles habitudes, notre quotidien est bien plus centré sur nous-mêmes et c’est aussi sympa de ne pas avoir à regarder sa montre pour savoir, avant d’accepter d’aller boire un café, si on en a le temps avant de devoir jouer au taxi!

Par bonheur, nous vivons à l’heure du tout informatique et Skype est mon idole !!! De plus, maintenant qu’il n’y a plus d’enfants à la maison, je peux, sans arrière-pensée, prendre plus facilement l’avion pour aller les voir là où ils sont.

 

Anne
Jérusalem
Avril 2015